La Fédération mauricienne de Gymnastique (FMG) dont le président est Sarvesh Lutchmun a porté devant la justice la décision du ministère de la Jeunesse et des Sports de suspendre la reconnaissance officielle de ladite fédération. C’est ce qui ressort d’une réponse du ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, qui a étrangement retrouvé son calme olympien, mardi dernier à l’Assemblée Nationale à une question du député Franco Quirin. Ce dernier cherchait à savoir, d’une part,du ministre si la FMG était toujours une fédération reconnue par le MJS et d’autre part les conclusions de l’enquête annoncée par ce même Yogida Sawmynaden sur cette fédération en mars dernier.
Dans sa réponse initiale, le ministre des Sports devait indiquer que c’est en mars 2014 que la FMG avait obtenu une dérogation  de ce ministère pour opérer ce sport dans six régions avec cinq clubs pour une période d’une année. « En mars  2015, il fut constaté que la fédération n’avait fait aucun effort pour être en conformité avec les conditions de sa dérogation. Dans la foulée, la demande avait été faite à la FMG pour soumettre des explications pourquoi elle n’a pas respecté les conditions imposées. Toutefois, la fédération n’a jamais soumis les explications demandées», a soutenu Yogida Sawmynanden.
Ce dernier devait aussi ajouter que dans ces conditions, le MJS n’avait pas  d’autre choix que d’appliquer la section 11 (6) (b) du Sports Act 2013 en prenant la décision de suspendre la FMG pour n’avoir pas respecté les sections 12 1 (a) et 2 (a) de la loi par rapport au non-respect des régions et des clubs affiliés. En ce qui concerne l’enquête qui devait commencer contre les actions de cette fédération, le ministre des Sports a indiqué qu’il n’était pas en mesure d’en dire plus, vu qu’une plainte a été portée en cour suprême par la fédération contre le MJS.
Advisers/coaches : la disparité salariale
Le député mauve et responsable du dossier sport et jeunesse au sein du MMM voulait aussi avoir, mardi, la liste des « advisers/coaches» qui sont attachés au ministère des Sports, de même que les conditions de leur contrat. Dans sa réponse, le ministre devait faire circuler une liste de 16 noms d’entraîneurs venant de 7 disciplines qui sont sous contrat avec le MJS. Ces «advisers/coaches» touchent un salaire de la fourchette de Rs 41,100 à Rs 14 650. Il va sans dire que la première chose à noter sur le document circulé par le ministre des Sports, c’est la disparité salariale qui existe entre les différents entraîneurs sous contrat avec le ministère.
Outre cette disparité, il est aussi à noter que ces entraîneurs ne sont pas du tout sur l’establishment malgré le fait qu’ils ont travaillé des années et des années durant au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil. A une question supplémentaire du député Franco Quirin, le ministre a indiqué que «within one month notice, as prescribed by the law, we can sort their contracts.» Malgré l’insistance du député de la circonscription No 20 pour savoir si à leur retraite ces entraîneurs vont bénéficier d’une compensation ou d’une pension, le ministre a démandé au député mauve de venir avec une nouvelle question.