Que se passe-t-il au sein de la Gymnastics Federation of Mauritius? Déjà il y a quelques semaines, Week-End avait évoqué des tensions qui existaient au sein de cette fédération qui avaient provoqué le départ, non sans anicroche, d’Alain Wong (aujourd’hui ministre de la Fonction Publique) et Kim Gueho. Mais depuis la fin de l’année 2014 et en ce début d’année, nous assitons à un véritable pillage de fonds au sein de cette fédération. A tel point que le président de la GMF réclame des chèques en son nom personnel comme en témoigne un courrier électronique qu’il a envoyé à la trésorière de la fédération en date du 27 janvier dernier et dont Week-End est en possession d’une copie.
«Dear Claudia, As approved at our last MC (ndlr: Managing Committee) meeting, you have to draw two cheques in my personal name as follow. DHL fees: Rs 5910 et Coaching course Rs 87, 900. Let me have them by Thursday», écrit Sarvesh Lutchmun dans un courrier électronique à la trésorière de la Gymnastics Federation of Mauritius en date du 27 janvier. Ce courrier qui suit une longue communication du président de la fédération sur les nouvelles internationales du gymnastique au sein de la fédération internationale, vient aussi expliquer en détails le coût d’un stage que compte organiser ladite fédération avec le soutien financier du ministère de la Jeunesse et des Sports.
A priori, rien d’étonnant dans le fait que le MJS finance l’organisation d’un stage à partir du budget d’une fédération. C’est même normal. Mais là où le bât blesse c’est quand l’organisation de ce stage a pour unique budget d’utiliser les fonds qui n’ont pas été dépensés durant la saison 2014. A savoir une somme de plus de Rs 87 000. On se demande au passage s’il n’y a pas  une complicité entre le président de la GFM et l’officier du ministère qui est responsable de ce dossier? Aller savoir…
La note de Sarvesh Lutchmun dans son courrier électronique — dont cette partie s’adresse à tous ses membres — est édifiante. C’est sans doute aussi pourquoi la trésorière a décidé de ne pas émettre les deux chèques réclamés par son président et pourquoi le stage qui devait commencer depuis le 17 janvier ne s’est pas encore fait.
« I have been able to talk with desk officer at MJS concerning the Coaching Course, and it will be futile to return the money to MJS. As much, we have a last chance to use that money and has to be done for the purpose the fund was released for (Coaching Course), and that has to be done quick», écrit le président de la fédération de gymnastique. Comme il a été précisé, cette note date du 27 janvier et Sarvesh Lutchmun dans sa missive indique qu’il a retravaillé et a parlé avec un entraîneur Pakistanais qui détient un Olympic Diploma in Gymnastics Coaching et qui est disposé à donner les cours les samedis et dimanches.
Premier hic, il va sans dire que le Pakistanais en question habite à Maurice pour être disponibles tous les samedis et dimanches du 17 janvier au 14 février. Sauf que personne ne sait qui est exactement l’entraîneur en question et si effectivement il dispose d’un Olympic Diploma in Gymnastic Coaching, comme le précise Sarvesh Lutchmun dans son courrier électronique du 27 janvier. Puisque le nom de l’entraîneur n’est pas mentionné. Sauf qu’un membre de la FGM nous a laissé comprendre que le Pakistanais en question travaille dans une…usine de textile à Maurice. Mais là encore, on pourrait croire qu’en raison de la situation économique du Pakistan, un entraîneur de gymnastique pourrait se retrouver dans une usine à Maurice. Mais Sarvesh Lutchmun a-t-il confirmé auprès de la Fédération Internationale avec laquelle FGM est affiliée depuis peu que c’est un entraîneur, qu’il proposait de payer une allocation de Rs 7500 qui a le droit de dispenser des cours et signé des certificats?
Deuxième hic, le budget pour ce stage dont l’approbation du MJS a été obtenu. Pour faire le chiffre de Rs 87 000, Sarvesh Lutchmun va jusqu’à proposer l’achat de Rs 22, 500 de track-suits pour les stagiaires. Mieux Rs 19 200 de manuel, Rs 1000 de files, Rs 250 de pens, Rs 500 de notepads, Rs 750 de certificat et de mieux en mieux Rs 1000… de stationery. La meilleure de ce budget ne s’arrête pas là et  laisse aussi comprendre qu’il y a une complicité au 3e étage de l’Emmanuel Anquetil Building. En effet, comment un officier du MJS peut accepter qu’une fédération budgétise une somme de Rs 14 000 pour un stage de conférence, alors que le MJS dispose tout un lot de salles de conférence gratuitement?
Week-End a demandé auprès de plusieurs fédérations, elles nous ont confirmé que le MJS ne paie jamais de salle de conférence pour eux, car il dispose soit du gymnase de Phoenix, la salle de conférence du gymnase de Vacoas ou le complexe sportif de Beau-Bassin pour organiser leurs stages gratuitement.
«This Rs 87,900 is already in our bank and due to limited time, we will have to draw out the money so that I can start relevant procedures…I really hope that there will be no further complications this time, elle we will have to drop project and return the fund», conclut Sarvesh Lutchmun.
Visiblement, la nécessité de mettre en place une enquête serrée sur la façon dont le président de la FGM cherche à disposer, en son nom personnel les fonds de la fédération est plus que nécessaire. D’autant que durant notre enquête, nous avons appris que le comité directeur de cette fédération avait le samedi 24 janvier, en présence de 5 membres seulement, décidé «the possibility of transfering the fund to the président», à propos de ce stage.
Une Affaire à suivre…