Nouveau coup de théâtre au sein de The Gymnastics Federation of Mauritius (GFM) avec la tenue hier d’une assemblée générale élective  au Centre de Jeunesse de Flacq, alors que le bureau officiel de la fédération se trouve au centre de badminton à Rose-Hill. Le président de cette fédération, Sarvesh Lutchmun, a réussi l’exploit d’expulser dans la foulée sa vice-présidente, Cathy Foo Kune et la trésorière, Claudia Liu, de l’assemblée alors que cette dernière devait faire son bilan selon l’agenda qui avait été prévu. A hier soir ,nous n’étions pas en mesure de confirmer si la Fédération mauricienne de Gymnastique avait un nouveau président ou si Sarvesh Lutchmun était toujours aux commandes. Son téléphone de même que celui de son frère Bhrij Lutchmun, qui occupait à hier le poste de secrétaire ne répondaient pas.
Tout laisse croire que le ministère de la Jeunesse et des Sports aura du pain sur la planche. Le dossier gymnastique prend de plus en plus de volume si on s’en tient à l’évolution constante que connaît cette discipline ces derniers temps. Et pas nécessairement dans la bonne direction, puisque la FMG s’est d’abord illustrée en 2014 avec l’expulsion des membres comme Kim Guého ou la vague de démission dont on retiendra le nom d’Alain Wong, aujourd’hui ministre dans le nouveau gouvernement, pour cause de mauvaise gestion. Puis depuis la nouvelle année, Week-End a dénoncé une vaste escroquerie autour de l’organisation d’un stage bidon avec les finances du ministère de la Jeunesse et des Sports. Surtout, nous avions dénoncé le fait que le président de la FMGF, Sarvesh Lutchmun, réclamait des chèques en son nom personnel. A noter qu’à valeur du jour, le MJS n’a toujours pas tiré cette affaire au clair en dépit du fait qu’un de ses officiers est impliqué dans ce scandale, quoi qu’une lettre a été envoyée à Sarvesh Lutchmun pour lui demander de …respecter le Sports Act.
Hier, la FMG, et Sarvesh Lutchmun, est passé à une nouvelle étape dans sa conduite de sans foi ni loi en organisant une assemblée générale qui ne respecte en rien les dispositions du Sports Act 2013 et encore moins le Registrar of Associations Act de 1979. D’abord, la convocation du secrétaire Bhrij Lutchmun (frère du président de la FMG) n’a pas été fait selon les règles. Deux clubs fondateurs de la fédération, Curepipe Super Sports Club et Rose-Hill Super Fantastic Club ont même écrit  à l’Ombudsperson for Sports  pour dénoncer l’organisation de cette assemblée.
Il faut savoir que la FMG n’est pas en mesure, pour l’heure d’organiser d’assemblée générale, encore moins une assemblée générale élective en raison du fait que son Memorundum of Association n’est pas encore reconnu par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Selon les informations, lorsque le MJS avait accordé la reconnaissance à la FMG des conditions y  étaient attachées. Une de ces conditions était justement d’appliquer la régionalisation et l’ouverture des clubs. En juillet 2014, la FMG avait organisé une assemblée  pour amender ses statuts afin de les respecter.
Les nouveaux statuts ont été envoyés au MJS en vertu du Sports Act pour être «vet» et approuvés. Un exercice qui n’a pas encore été fait, pour preuve dans un procès verbal datant du 24 janvier 2015, le président Sarvesh Lutchmun avait reconnu que le dossier de la FMG «has not yet been processed and approved» auprès du Registrar of Association. Autre situation qui nous pousse à dire que l’AG élective d’hier est hors la loi c’est la participation de Cottege Union, représenté hier par Sohun Baboo, Thashine Hureeram, Shabanaz Chamurally et Deraye Heeroo. Ce nouveau club de gymnastique a besoin , avant tout être reconnu par le MJS avant de «seek affiliation» avec la fédération selon le Sports Act. Un exercice qui n’a pas encore été fait.