La Nursing Association a dénoncé hier « l’exploitation » dont est victime le personnel infirmier dans les hôpitaux publics. La NA organisera deux manifestations, l’une à l’hôpital Victoria le vendredi 17 février et l’autre le jeudi 23 février à l’hôpital de Flacq. Elle proteste contre l’abolition du « notional time », temps consacré au « handing over » et au « taking over » entre les équipes soignantes qui terminent leur service et celles qui assurent la relève le matin et l’après-midi. Le syndicat réclame l’ouverture immédiate de négociations avec le ministère de la Santé. Il s’élève également contre l’abolition de sept postes d’Acting Charge Nurse à l’hôpital de Flacq. « Ces pratiques font fi de la sécurité des malades », affirme son président Bagooaduth Kallooa.
Bagooaduth Kallooa, président de la Nursing Association (NA), déplore que le ministère de la Santé fasse la sourde oreille à ses revendications. « Le notional time est un droit acquis clairement mentionné dans le rapport du Pay Research Bureau (PRB) », indique-t-il. « Après sa suppression, les infirmiers sont obligés de travailler selon un roster de 40 heures par semaine », dénonce la NA. »
Tulsiraj Benydin, président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), a adressé une correspondance au ministre de la Santé Lormesh Bundhoo le mercredi 18 janvier pour protester contre « les décisions unilatérales du ministère de la Santé contraires à la politique de travail décent de l’Organisation internationale du travail ».