Les infirmiers administrateurs des hôpitaux publics réunis au sein de la Senior Nursing Staff Association ne veulent plus être la cible de la Nursing Association. « Nous regroupons des Charge Nurses, des Ward Managers, des Nursing Administrators jusqu’à l’échelon le plus élevé car nous nous sentons mal représentés dans d’autres syndicats de la profession », explique son secrétaire Anil Kumar Suggun, Charge Nurse à l’hôpital de Rose-Belle.
« Nous sommes les boucs émissaires des autres syndicats », lance le secrétaire de la Senior Nursing Staff Association (SNSA). « Ils nous traitent comme des punching balls alors que nous avons à gérer un manque aigu de personnel », ajoute Anil Kumar Suggun.
Le syndicat des infirmiers administrateurs déplore la polémique qui s’est installée au sujet des périodes de relève du personnel soignant dans les hôpitaux. « Nous estimons qu’il est préférable de se réunir autour d’une table de négociations plutôt que de porter nos conflits sur la place publique », affirme M. Suggun.
Formée l’année dernière, la SNSA estime que les infirmiers administrateurs ont des problèmes spécifiques inhérents à l’exercice de leurs responsabilités. « Un Nursing Administrator gère 300 à 400 membres du personnel soignant. Quand quelque chose va mal dans les hôpitaux c’est lui le responsable », souligne le secrétaire de la SNSA. Anil Kumar Suggun indique également que son syndicat a demandé au Pay Research Bureau (PRB) d’accorder à ses membres des facilités d’achat de voiture hors taxe à 70 %. Il réclame aussi la création de deux nouveaux postes : Deputy Nursing Administrator et Deputy Director of Nursing.
Commentant la polémique entourant la notional time (période de relève entre les équipes soignantes), la SNSA indique que le PRB a déjà statué à ce sujet. « À cause des désaccords concernant la notional time, le ministère a choisi de référer l’affaire à celui de la Fonction publique », note le porte-parole des administrateurs en nursing. « Les infirmiers ont la possibilité d’avoir recours à d’autres instances, dont le Tribunal d’arbitrage permanent au lieu de polémiquer dans les médias », estime la SNSA.
Le syndicat se réjouit de l’embauche il y a une semaine de 159 étudiants en nursing dans les principaux hôpitaux. « Il n’est pas possible de recruter davantage à cause du manque de place à l’école de nursing. Nous pensons qu’il y a une volonté politique à apporter des améliorations », affirme M. Buggun. Il précise également qu’un Ward Manager, un Charge Nurse et trois infirmiers sont attachés à l’Intensive Care Unit (ICU) de l’hôpital de Flacq.
« Les critiques de la Nursing Association (NA) sont infondées. En en ce qui concerne le cardiac centre de l’hôpital de Flacq il n’est pas tout à fait opérationnel », soutient la SNSA. Le syndicat du Senior Nursing Staff estime que les déclarations publiques de la NA selon lesquelles le chaos règne dans les services de Santé publique sont « dangereuses ». « L’emploi d’un tel vocabulaire est susceptible de provoquer une perte de confiance du public en nos hôpitaux. Cela n’est pas souhaitable », affirme M. Buggun.