Quelque 980 000 touristes sont attendus à Maurice cette année, ce qui correspond à une croissance l’ordre de 4,8 % par rapport à l’année dernière lorsque le pays avait accueilli quelque 934 827 visiteurs.
L’année prochaine s’annonce plus difficile avec une prévision de croissance de l’ordre de 3,1 % par rapport à cette année. Le nombre de touristes devrait alors dépasser le million pour atteindre 1 100 000. N’était-ce la crise économique qui touche les principaux marchés touristiques mauriciens, le nombre d’arrivées aurait dû avoir déjà dépassé le million de manière à ce que l’objectif de deux millions soit atteint en 2015.
Les recettes touristiques pour 2011 devraient atteindre Rs 42,5 milliards cette année soit une progression de 7,7 % par rapport à Rs 39,5 milliards l’année dernière. Les recettes touristiques pour 2012 sont estimées à Rs 44,5 milliards, représentant une croissance de 4,7 % par rapport à cette année.
À la fin du troisième trimestre de cette année, 674 383 touristes avaient déjà visité le pays. La France avait enregistré une croissance de 1,7 %, l’Inde de 10,9 %, l’Afrique du Sud de 5,2 % et l’Allemagne de 7,2 %. Les marchés les plus affectés par la crise économique étaient la Grande Bretagne avec une baisse de 9,7 % en ce qui concerne les arrivées à Maurice, et l’Italie qui a enregistré une baisse de 4,6 %.
Au niveau de la MTPA, on accueille avec pragmatisme la croissance de 5 % dans les arrivées touristiques pour le mois de décembre. Son directeur Karl Mootoosamy, qui rencontrait la presse hier en compagnie Robert Desvaux, président de l’office du tourisme, annonce l’organisation prochaine de trois événements internationaux s’articulant autour du golf destinés à améliorer la visibilité de Maurice dans les marchés touristiques classiques comme la France.
Le taux d’occupation pour cette période de fin d’année s’annonce bon et la plupart des établissements hôteliers annoncent complets, mais il s’agit de s’assurer que cette croissance soit pérenne. Robert Desvaux insiste sur un “micro-monitoring” des activités sur les principaux marchés mauriciens.
« Il nous faut renouveler notre présence au niveau de la presse française et européenne », a fait comprendre le président de la MTPA, qui a déploré une absence de neuf mois de Maurice au niveau des médias français. Il a annoncé l’organisation de plusieurs visites de presse afin de préparer la campagne de l’année prochaine.