Jean-Pierre Simonnet, Directeur Général du Sofitel So Mauritius de Bel-Ombre et Directeur Délégué Océan Indien a pris sa retraite. Vendredi dernier, dans le cadre enchanteur de l’hôtel, il a invité ses amis pour un last farewell. De Maurice, il ne garde que de bons souvenirs : « J’ai appris une chose. Quelle que soit la beauté de l’hôtel, ce sont les gens qui y travaillent qui méritent le plus de considération. Il faut encourager les jeunes à choisir l’hôtellerie comme filière, à les encadrer et à les aider à progresser. »
Partageant sa vision du Sofitel SO Mauritius, Jean-Pierre Simonnet dit avoir toujours souhaité aller encore plus loin dans le dialogue et les échanges. « Notre mission à l’hôtel a toujours été d’être attentif et actif. On a prôné une proximité efficace et utile. » De ses 34 ans de métier dans l’hôtellerie – il a travaillé notamment pour le groupe Accor, Beachcomber et ex-Pullman avant de se retrouver l’an dernier au SO Mauritius –, Jean-Pierre Simonnet dit n’avoir retiré que du bonheur et une formidable expérience. « Au SO Mauritius, on était au départ 257 employés et aujourd’hui, on en est à 240. Il y a eu dix-sept départs mais chacun est reparti avec un certain enrichissement personnel. C’est cela le métier de l’hôtellerie, apprendre sur le tas, se former. Les Mauriciens ont beaucoup de potentiel. En tant que directeur, j’ai vu beaucoup de changements dans le domaine de l’hôtellerie, même s’il y a eu des développements majeurs, du changement, l’âme mauricienne est restée la même. » Parlant du SO Mauritius, il dira que tout repose sur son architecture, la convivialité et le service offert et que sa force repose en majeure partie sur la formation de son personnel. « C’est le seul hôtel où on a des check-in & out dans les chambres et où les bagages sont montés avant l’arrivée du client. Il n’y avait que deux expatriés, tout le personnel étant mauricien. Je crois beaucoup en la capacité des Mauriciens. On a eu la chance d’accueillir Kenzo Takada qui a dessiné les uniformes de l’hôtel. » Si Jean-Pierre Simonnet prend sa retraite, il y a du boulot qui l’attend à Paris. « Accor, c’est un peu la pépinière pour tous ceux qui souhaitent faire un métier dans l’hôtellerie. À 60 ans même si j’ai pris ma retraite de chez SO Mauritius, il y a encore d’autres défis qui m’attendent. L’île Maurice restera toujours pour moi une terre d’accueil. »