La Fédération des Travailleurs Unis et l’Organisation of Hotel, Private Club & Catering Workers Unity ont tenu conjointement une manifestation hier devant les locaux du groupe Apavou Hotels Resorts & Spa à Ébène.
Leurs griefs : retards dans le paiement des salaires ; la compensation des employés et licenciés de deux hôtels du groupe respectivement, et la réintégration de la déléguée syndicale Sheila Touche.
À leur grand étonnement hier, en arrivant à Ébène pour la manifestation, les délégués syndicaux et les dirigeants de la Fédération des Travailleurs Unis et l’Organisation of Hotel, Private Club & Catering Workers Unity, ont constaté que les cadres du groupe Apavou Hotels Resorts & Spa avaient déserté les locaux.
Le négociateur Atma Shanto devait expliquer que les délégués syndicaux présents à La Plantation, un des hôtels du groupe, lui ont confirmé que les cadres étaient dans les bureaux de l’établissement hôtelier à Pointe-Aux-Piments.
Malgré l’absence de la direction du groupe Apavou, le syndicat a quand même tenu sa manifestation. L’Organisation of Hotel, Private Club & Catering Workers Unity, affiliée à la Fédération des Travailleurs Unis, dénonce que des employés du groupe Apavou affectés à Ambre Hotel et à La Plantation, reçoivent leurs salaires avec plusieurs jours de retard. De même que les 92 licenciés de cet établissement hôtelier et 125 de La Plantation qui obtiennent leur compensation, échelonnée sur plusieurs mois, avec un décalage. La manifestation avait aussi pour but de réclamer la réintégration de Sheila Touche à La Plantation. Rappelons que la direction de cet établissement hôtelier exige que la déléguée syndicale rembourse la somme de Rs 26 700 pour pouvoir retrouver son poste. Il s’agit de la compensation qui lui a été versée par l’hôtel, suite à son limogeage le jeudi 18 août.
Interrogé par Le Mauricien ce matin, Ashok Sumoondur, Hotel Manager de La Plantation, a fait comprendre qu’il n’est pas au courant des salaires impayés ni de la tenue de cette manifestation.