Le Grand Mauritian Hotel, situé dans la zone touristique de Balaclava, est hors circuit depuis hier suite à un sinistre qui l’a ravagé pendant au moins quatre heures et demie. Les toits en chaume du restaurant principal et de plus d’une centaine de chambres et de villas ont été la proie des flammes. Toutefois, aucun cas de casualty n’a été enregistré parmi les 120 clients de l’hôtel ou les membres du personnel. À ce stade, les estimations préliminaires des dégâts sont évaluées à plus de Rs 800 millions, sans compter le manque à gagner occasionné par la fermeture de l’hôtel pour des travaux de réparation durant la prochaine haute saison touristique
Depuis ce matin, les enquêteurs de la police, les responsables des sapeurs-pompiers, les spécialistes du Scene of Crime Office (SOCO), du Forensic Science Laboratory et du Central Electricity Board sont sur les lieux pour un constat général dans le cadre de l’enquête en vue d’établir les circonstances et l’origine du sinistre. De son côté, la direction du Grand Mauritian Hotel, qui comprend 195 chambres et une quinzaine de villas, s’apprêtait à dresser un premier bilan et à communiquer les mesures intérimaires pour la transition en début d’après-midi.
Les premiers renseignements disponibles sont que vers 11 h 50, le feu a pris sur le toit du restaurant de l’hôtel. Moins d’une trentaine de minutes auparavant, des responsables du Grand Mauritian Hotel avaient donné l’alerte sur un feu qui s’était déclaré dans un terrain abandonné à côté de l’établissement. Très vite, leurs appréhensions devaient être confirmées.
Les sapeurs-pompiers de Triolet avaient à peine eu le temps d’arriver sur les lieux que le feu avait commencé à embraser une partie de l’hôtel, touchant d’abord le toit du restaurant puis ceux en chaume des chambres. Au final, une centaine de chambres et des villas, soit quasiment la moitié de l’hôtel, ont été affectés par les flammes. La brise qui soufflait sur l’île, hier, a rendu la tâche des pompiers quasi impossible. Les épaisses volutes de fumée qui se dégageaient ont également handicapé les pompiers durant leurs manoeuvres.