Bien qu’elle ne fasse pas partie de nos coutumes, la fête d’Halloween sera fêtée par quelques Mauriciens dans diverses boîtes de nuit de l’île. Dario Narsoomamode ainsi que Thierry et Brian Amery font partie de ceux qui se déguiseront et qui feront la fête. À Albion, les enfants, déguisés, feront du porte à porte pour collecter des sucreries, comme le veut la tradition américaine.
Cette année, comme les deux précédentes, Thierry et Brian Amery participeront à la fête d’Halloween organisée au Shotz. Dario Narsoomamode, accompagné de ses amis, sera également de la fête dans une ou plusieurs boîtes de l’île. Une chose est sûre : ils seront tous déguisés comme le veut la tradition américaine. La première fois, Thierry s’était déguisé en détective privé; l’an dernier, il arborait un costume de pirate. Cette année, le jeune homme n’a pas encore fait son choix. Dario est également à l’heure des tergiversations concernant son costume alors que Brian hésite entre deux costumes. Il devra choisir entre un astronaute et un Égyptien.
Costume.
Qu’importe le costume finalement choisi, les deux cousins feront tout pour se démarquer des autres. “Mon but n’est pas d’effrayer les gens mais de les impressionner. Je veux aussi me démarquer des autres”, soutient Thierry. Quant à Brian, il affirme que son objectif est d’attirer l’attention sur lui et de créer la surprise. “Mon costume est fait pour se différencier des autres, qui en choisissent souvent un qui a trait à l’horreur.”
Dario portera certainement un déguisement effrayant, comme il en a l’habitude.
Brian a demandé à la couturière de sa mère de lui confectionner son costume pour être sûr de ne pas ressembler aux autres. Ce qui lui coûtera environ Rs 2,000, comprenant également les différents accessoires. “Dépenser une somme pareille pour une fête qui n’est célébrée qu’une fois l’an, ce n’est pas énorme. Je suis disposé à le faire.”  
Délire.
Pour sa part, Thierry explique qu’il confectionnera lui-même son costume, en utilisant des objets qu’il a sous la main. “Pour le costume de détective privé, il m’avait suffi de trouver des morceaux de tissu pour réaliser le manteau et un chapeau classique. La touche personnelle était les grosses lunettes que je portais. L’aspect comique de mon déguisement venait du fait que les lunettes n’avaient pas de verres.”
La soirée représente un grand moment de délire pour Thierry. “Je suis souvent en boîte de nuit et c’est la seule fois durant l’année où nous pouvons nous amuser dans une vraie ambiance à thème. Dans ces soirées, tout le monde porte un déguisement. Bien que cette fête ne fasse pas partie de notre culture, c’est génial de voir que les Mauriciens acceptent de se prêter au jeu.”
Pour sa part, Brian est séduit par le fait de ne pas savoir qui est qui. “On s’amuse alors à deviner qui se cache derrière les déguisements. Bien qu’on ne puisse pas s’identifier lors de cette soirée, cela ne nous empêche pas de faire la fête ensemble.”
Tradition.
Attiré par la fête dès son plus jeune âge, Dario Narsoomamode confie que c’est à la télé qu’il a découvert Halloween. “Petit, je fêtais Halloween en regardant des films d’horreur des dessins animés”. Taquin de nature, le jeune homme profite chaque année de cette fête pour faire des blagues à ses proches. “Une fois, j’ai fait tomber un seau rempli d’oeufs sur mes parents au moment où ils ouvraient la porte.” Une autre fois, Dario avait fait semblant d’avoir les doigts écrasés.
Nos trois interlocuteurs regrettent qu’Halloween ne soit pas si ancré dans nos moeurs. “Tout le monde pense que c’est négatif. On croit que c’est noir; moi, j’y vois le côté humoristique”, souligne Dario. Quant à Thierry, il trouve dommage que la fête ne soit pas célébrée comme à l’étranger avec des enfants qui font du porte à porte pour récolter des sucreries. “Ce serait également amusant de fêter comme le veut la tradition. À Maurice, seuls les clubbers ont l’occasion de faire la fête le jour d’Halloween.” Brian, qui souhaiterait aussi que cette fête soit célébrée selon la tradition, souligne que “ce serait à la fois amusant et magique. Cela plairait aux petits comme aux grands”.