Dans une récente correspondance qu’elle lui a adressée en début de semaine, le président de la Fédération internationale d’haltérophilie (FIH), Tamas Ajan, a demandé personnellement au Comité olympique mauricien (COM) d’organiser une table ronde réunissant toutes les parties concernées pour trouver une sortie de crise à l’amiable pour l’avancement du sport à Maurice.
De nationalité hongroise, Tamas Ajan avait été prévenu par la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH) de la situation qui prévaut depuis l’année dernière dans cette fédération dans un souci de prévenir l’ingérence de tierces parties et de préserver l’autonomie des fédérations nationales. Son aide avait été sollicitée par la FMH dans le cadre de la tenue d’une assemblée spéciale prévue le 4 février prochain.
« La fédération internationale m’a donc donné le plein pouvoir pour mettre tout le monde d’accord autour d’une table. Personnellement, je n’ai jamais adressé de lettre à la FIH. Mais elle a fait appel au COM pour redresser la situation. Tamas Ajan demande aussi de lui tenir au courant de toutes les actions qui seront menées. Cela confirme qu’il n’est donc pas question de suspendre la FMH pour installer un comité transitoire », a réagi le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon. Le courriel du président Tamas Ajan date du lundi 16 janvier 2012.
Selon nos renseignements, le président de la FIH s’est aussi exprimé dans un courriel adressé, la première fois en début d’année, puis renvoyé à la fin de la semaine dernière, au « président élu et reconnu », de la fédération mauricienne, en l’occurrence, Nundkishor Fakun, souligne-t-il. Dans sa lettre, il dit connaître lui-même bon nombre de fédérations nationales qui ont des conflits internes mais, ajoute-t-il, « je ferai de mon mieux pour faciliter la compréhension et l’unité dans votre fédération. »
Selon nos renseignements, le MJS aura plus d’une fois souhaité cette semaine avoir une nouvelle rencontre avec le COM pour clarifier la situation découlant d’une précédente rencontre qui avait eu lieu le mardi 10 janvier au MJS. Une rencontre qui concernait la situation prévalant à la FMH. Le ministre avait par la suite contacté Le Mauricien pour préciser qu’il avait « accordé un temps de réflexion au COM pour aller de l’avant avec la mise sur pied d’un caretaker committee. »
Ce qu’a réfuté catégoriquement le président du COM, qui a affirmé qu’il n’a jamais été question de temps de réflexion au COM, mais d’accorder à la demande du MJS, un temps de manoeuvre à la FMH et de le superviser avec l’assistance du MJS dans la tenue de sa prochaine assemblée générale spéciale.
Reste que le COM a envoyé hier au MJS les notes of meeting de la rencontre qui avait eu lieu le 10 janvier entre les deux parties. Des notes of meeting qui sont restées sans réaction jusqu’ici.