En 1993, les haltérophiles mauriciens avaient crevé l’écran à Mahé en récoltant 22 médailles d’or. Ils seront de retour sur la terre sacrée dix huit ans plus tard. La vérité est qu’ils auront un fossé à combler, comme en témoigne la prestation de 2007 avec quatre premières places seulement. Pourront-ils redorer leur blason ?
La remarquable prestation de 1993 — jusqu’ici inégalée — a fait de cette discipline une pourvoyeuse de médailles importante dans le décompte final au tableau des médailles (45 or en jeu). Chaque île s’est renforcée au fil des précédentes éditions. On a eu droit à un partage de médailles en 1998 à La Réunion, en 2003 à Maurice et en 2007 à Madagascar.
Il n’empêche qu’à Tana, l’haltérophile mauricienne n’avait pas brillé comme il se doit avec seulement quatre médailles d’or dont trois remportées par Ravi Bhollah dans la catégorie 105 kg (arraché-110 kg, épaulé-jeté-110 kg, total-220 kg). L’autre première place est à mettre à l’actif de Shalinee Valaydon chez les +75 kg dames (arraché). De l’aventure malgache, on retrouve sept rescapés : Emmanuella Lent-Labonne, Shalinee Valaydon, Yannick Coret, Jonnathan Coret, Margarajen Moonien, Hansley Gaya et Ravi Bhollah.
Hormis Emmanuella Lent qui avait disputé l’édition 2003, la plupart étaient à leurs premiers Jeux. Le président de la Mauritius Amateur Weighlifting and Powerlifting (MAWPA), Nundkishor Fakun, avait mis cette contre-performance sur le compte d’un manque d’expérience. Il estime que ces athlètes ont accompli beaucoup de progrès depuis quatre ans.
« J’ai noté que ces leveurs se sont améliorés. En 2007, il y avait des conflits internes au sein de la fédération et les athlètes n’avaient pas eu la préparation voulue. Cette fois, ils ont eu droit à une meilleure préparation, même si le stage en Bulgarie a pris fin avant terme. Ils ont quand même travaillé très dur pendant au moins un mois. Je pense qu’ils sont désormais plus confiants et pourront faire mieux qu’à Tana », nous a-t-il confié.
Avec la démission du DTN bulgare, Trentasil Stoychev, et le départ de Marc Coret la semaine dernière, les séances d’entraînement sont conduites par le duo Serge Calotte et Gino Sooprayen. Nundkishor Fakun vise un maximum de médailles, même s’il ne veut pas s’aventurer sur le nombre. « Nous en avons récolté quatre la fois dernière. Il va sans dire que nous irons à Mahé pour réussir une meilleure performance. Je ne peux donner le nombre exact, mais nous travaillons pour faire flotter le quadricolore mauricien le plus souvent possible. »
Selon lui, les meilleures chances mauriciennes reposent sur Christine Duval, Emmanuella Lent-Labonne, Shalinee Valayddon chez les dames, Jonathan et Yannick Coret, Jimmy Moonien et Ravi Bhollah, entre autres. « Ça ne veut pas dire que les autres n’ont pas de chances. Ils sont jeunes et représentent l’avenir. Ils auront en face des adversaires coriaces. Mais ils peuvent aussi bien créer la surprise, car en haltérophilie tout est possible si vous êtes dans un bon jour et que les conditions vous sont favorables. »
Le président de la MAWPA est conscient que l’exploit de récolter vingt-deux médailles d’or est hors de portée. « D’autant que les Seychellois veulent se venger de cette précédente humiliation chez eux. Nul doute que les Dallons seront les favoris de cette édition. Ils sont actuellement en Afrique du Sud. Les Réunionnais et Seychellois seront aussi à craindre car nous ne connaissons pas réellement leur niveau. Selon des renseignements glanés, ils ont aussi effectué une très bonne préparation. »
Cette présente édition s’annonce en tout cas très équilibrée. Du côté seychellois, Janet Thélermont-Georges (69 kg), Katsia Télémaque (48 kg), Terrence Dixie (94kg), Steven Baccus (105kg) et Franck Accouche (+105 kg) seront les athlètes les plus suivis, alors que les Réunionnais miseront sur Sabrina Richard (-48/-53 kg) et Larissa Saint-Jacques (-58/-63 kg), entre autres. Du côté malgache, les espoirs reposent sur Charles Andriantsiry (62 kg), Delon Thierry Andrianarijaona (69 kg) et Harimanana Rasoazanamaro (69 kg).
À noter que la MAWPA n’a pas encore précisé les catégories dans lesquelles les sélectionnés mauriciens évolueront. « C’est une tactique. Nous le ferons à la dernière minute, soit durant la réunion technique à Mahé », a conclu le président de la MAWPA, Nunkishor Fakun.