Place à la dernière journée de compétition ce jeudi avec les dernières catégories au programme au gymnase James Burty David à Curepipe. En effet, chez les dames, en 81 kg, ce sont les jeunes Wendy Iram et Anastasia Babet qui seront en action, tandis qu’en 87 kg, les yeux seront rivés sur Joycemee Agathe. Et en +87 kg, c’est Shalinee Valaydon qui fera enfin son entrée. En ce qu’il s’agit des messieurs, place aux lourds avec Alvin Jooron (102 kg), Khelwin Juboo (109 kg) et Yovin Gyadin (+ 109 kg) en action. Des médailles d’or sont attendues.

Le but est de terminer en beauté. Et les leveurs de fonte mauriciens auront l’occasion demain de se signaler. Si la partie s’annonce un peu compliquée pour Iram, Babet et Agathe, en ce qu’il s’agit de Valaydon, cela ne devrait être qu’une formalité. Médaillé d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien en 2011 aux Seychelles et en 2015 à La Réunion, cette figure imposante devrait sonner la charge, car derrière elles auront beaucoup de mal à soutenir la comparaison. Il y a quatre ans, elle avait réussi une performance de 91 kg à l’arraché, 116 kg à l’épaulé-jeté et 207 kg au total olympique chez les +75 kg. Valaydon demeure une valeur sure de cette catégorie et tel un rouleau compresseur, elle ne devrait pas faire dans la demi-mesure. La balle est dans son camp pour sa 4e participation aux Jeux. Pour rappel, l’haltérophile pratique ce sport depuis plus de 12 ans.

Chez les hommes, Alwin Jooron, engagé chez les 102 kg, aura du mal à sortir le grand jeu étant donné la force de frappe des Seychellois et des Malgaches. Le podium est à la portée, mais la médaille d’or paraît hors d’atteinte. Pour le jeune et prometteur Khelwin Juboo (109 kg), c’est différent. Réputé sulfureux, il est capable dans un bon jour de réaliser des prouesses. D’ailleurs, il a accumulé beaucoup d’expérience lors des compétitions à l’étranger, notamment en mars aux Championnats du monde de la catégorie Youth à Las Vegas aux États-Unis. Et pour finir, place à Yovin Gyadin (+109 kg). Ce dernier faisait d’ailleurs partie de la génération dorée médaillée d’or en 2015 à La Réunion sous la férule du directeur technique national Urdas Constantin. Il avait alors soulevé des charges à 115 kg à l’arraché, 141 kg à l’épaulé-jeté et 256 kg au total olympique.

Il a d’ailleurs fait ressortir qu’il compte donner le meilleur de lui-même. « Croisons les doigts. Faisons les choses bien et donnons le maximum pour atteindre nos objectifs. J’ai la responsabilité de faire honneur au quadricolore et je ferai de mon mieux pour être à la hauteur de la confiance placée en moi », explique Gyadin. Quoi qu’il en soit, l’heure est à la récolte et l’objectif est bien évidemment de faire mieux qu’il y a quatre ans, où 21 médailles d’or avaient été rapportées. En dépit des conflits internes qui gangrènent cette discipline depuis si longtemps, l’heure n’est plus au règlement de comptes, mais bien de terminer sur une bonne note.

Le programme

15h : Dames 81 kg, 87 kg, + 87kg

18h : Hommes 102 kg, 109 kg, +109 kg