Place à l’haltérophilie ce dimanche avec une belle journée dorée qui s’annonce au gymnase James Burty David à Curepipe. La jeune Maëva Matelot ainsi que la grande favorite Roilya Ranaivosoa sont les premières en action dans les catégories 45 et 49 kg respectivement. Les concours sont programmés pour 15h. Les athlètes masculins débutent eux sur la plateforme à partir de 18h. Les représentants mauriciens sont Émile Wilhem (55 kg) et Dorian Madanamoothoo (61 kg).

L’occasion est belle pour glaner une première médaille d’or. Roilya Ranaivosoa porte sur ses épaules les espoirs de tout un peuple. Multiple championne d’Afrique et triple médaillé d’or des Jeux en 2015 à La Réunion, elle doit confirmer son statut. La seule médaillée mauricienne des derniers Jeux du Commonwealth à Gold Coast (2018) est en passe d’entrer dans l’histoire et compte bien faire parler la poudre. Car ne l’oublions pas, elle demeure une véritable assurance tous risques.

« Je me suis bien préparée pour ce grand rendez-vous. Je compte donner mon maximum pour mes proches et tous ceux qui croient en moi. Je veux cette médaille d’or », dit notre interlocutrice avec conviction.

Chez les hommes, Émile Wilhem, jeune étoile de la discipline, espère réaliser une belle performance avec le record de Maurice à la clé, tandis que Dorian Madanamoothoo, beaucoup plus expérimenté dorénavant, compte bien faire parler sa force de frappe. Pour rappel, le test event au gymnase de Curepipe s’est tenu mercredi. L’occasion pour les éléments de la sélection nationale de tâter le pouls et de s’imprégner de l’atmosphère. Mais force est de constater qu’il y a encore du boulot. « Nous avons encore un peu de temps pour rectifier le tir vu que la compétition démarre dimanche. Je suis optimiste », expliquait le président de la Mauritius Weightlifters’ & Powerlifters’ Association (MAWPA), Magarajen Moonien.

Mais cet optimisme n’est pas partagé par les athlètes. « Il fait très froid ici. Et ce n’est pas bon pour nous, notamment pour les échauffements. Il faudra faire très attention et ne pas tomber malade. Attendons voir », avoue un sélectionné qui a tenu à garder l’anonymat. Le président de la MAWPA a présenté les officiels qui seront au diapason lors des jours de compétition et s’est aussi entretenu avec le groupe d’athlètes présent sur place. « Je leur ai demandé d’avoir un comportement exemplaire et de suivre les directives à la lettre. Ils bénéficient de deux complimentary access pour leur proches et devront les utiliser à bon escient », explique l’homme fort de la MAWPA.

Espérons que le stage intensif en Chine a été bénéfique car, dorénavant, l’heure n’est plus au conflit entre leveurs de fonte et dirigeants, mais bien à faire honneur au pays. Histoire de faire mieux qu’il y a quatre ans.