Notre compatriote Yvan Pierrot (19 ans) s’est distingué jeudi dernier aux Afro Asian Senior Weightlifting Championships à Tashkent (Ouzbekistan) en remportant trois médailles de bronze dans la catégorie des -94 kg. Brillant lors des Championnats du Commonwealth en Malaisie l’année dernière, le leveur de fonte poursuit sur sa lancée, lui qui est  promis à un très belle avenir dans cette discipline de force.
En 2013, il était la surprise du chef de la délégation mauricienne lors des Championnats du Commonwealth en terre malaisienne chez les -94 kg. Il s’était pour rappel, adjugé la médaille d’or au niveau youth avec une performance de 120 kg à l’arraché et 147 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 267 kg. Il s’est même permis le luxe d’égaler le record de la compétition avec cette performance à l’arraché. Cette fois-ci, il a enlevé trois médailles de bronze avec 130 kg à l’arraché, 160 kg à l’épaulé-jeté avec un total olympique de 290 kg. Ce qui équivaut à trois records nationaux pour le natif de Rivière-des-Créoles.
Le président de la Mauritius Amateur Weightlifting and Powerlifting Association (MAWPA) Poorun Bhollah est très content de la performance d’Yvan Pierrot. « C’est un bosseur. Il mérite de remporter trois médailles de bronze. Je suis très content pour lui car il s’était à la base préparé pour les Jeux d’Afrique qui ont finalement été reportés. Il s’est avéré que cette première édition du Afro Asian Senior Weightlifting Championships est arrivée à point nommé pour lui. Il a sorti le grand jeu même si je reste persuadé qu’il pouvait faire beaucoup mieux. Il est jeune et possède encore une belle marge de progression », souligne-t-il.
Yvan Pierrot a tenu à remercier tous ceux qui  ont cru en lui. « Je suis tellement heureux car j’ai fait beaucoup de sacrifices et je me suis beaucoup entraîné pour être au point le jour de la compétition. Je considère toutefois que je ne suis pas au meilleur de ma forme et que je suis un peu déçu car je sais que je suis capable de beaucoup mieux dans ma catégorie. J’ai dû m’adapter au climat également », explique notre interlocuteur. Il soutient, « J’ai assuré ma troisième place car les deux premiers étaient tout simplement intouchables. Je profite de l’occasion pour dire un grand merci à tous ceux qui m’ont aidé, mes parents qui demeurent la cheville ouvrière de mon succès. Ils m’ont toujours soutenu dans les bons et les mauvais moments. Merci également à mes amis, le Trust Fund For Excellence In Sports (TFES), le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), mon entraîneur Ravi Bhollah, qui m’a accompagné durant toute la compétition ainsi que Gino Souprayen. Petite pensée spéciale pour Mr Boolkah qui m’a permis de retrouver mon niveau. Je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Je vais encore progresser et m’améliorer dans tout ce que je fais pour défendre au mieux les couleurs du quadricolore nationale », a-t-il conclu.
À noter que le plateau était très relevé avec notamment des haltérophiles venant d’Afrique et d’Asie comme la Chine. L’Inde, qui demeure une référence mondiale, était également représentée.