Yannick Coret à droite

C’est une affaire qui fait beaucoup de bruit dans le giron de l’haltérophilie local. Réserviste de la sélection nationale, l’expérimenté Yannick Coret, triple médaillé d’or aux derniers Jeux des Iles de l’océan Indien de 2015 à La Réunion, a été entendu vendredi après-midi, par le comité directeur de la Mauritius Weightlifters’ & Powerlifters’ Association (MAWPA). Il devait pour rappel s’expliquer sur son absence lors d’un contrôle anti-dopage lors du stage intensif en Chine. Il avait d’ailleurs été rapatrié à Maurice, lors de la semaine écoulée.

Le président de la fédération, Magarajen Moonien,  explique que «nous nous sommes entretenus avec Yannick Coret et il nous a fait comprendre qu’il souffrait atrocement du genou et qu’il était à la recherche d’un médecin. Il dit avoir quitté sa chambre très tôt le matin, mais qu’il ne se souvient pas de l’heure exact. ». Alors pourquoi ne pas avoir informé les responsables, à savoir l’assistant entraîneur national, Gino Souprayen, ou encore le Directeur technique national (DTN), Constantin Dabija ? « Il n’avait pas de réponse à cette question », précise notre interlocuteur.  Avant de poursuivre, « le DTN nous a, pour sa part, informé qu’il avait prodigué les soins nécessaires à Yannick pour son problème au genou. Interrogé à ce sujet, ce dernier affirme que tel n’a pas été le cas. De toute façon, nous serons fixés sur ce dossier aussitôt que nous aurons le rapport de l’International Weightlifting Federation (IWF). »

Qu’en est-t-il maintenant du sort réservé à Yannick Coret ? « Il est réserviste, donc, il ne fera pas partie des JIOI. Nous l’avons écouté et nous nous sommes entretenus longuement avec lui. ». Il nous revient que la jeune étoile montante de ce sport, Ketty Lent, ainsi que Khelwin Juboo (sélectionnés pour les JIOI), avaient aussi été appelés à s’expliquer par rapport à leur comportement lors de ce stage. Selon les informations, la  première nommée aurait eu un échange houleux avec Roilya Ranaivosoa tandis que le second aurait eu des propos injurieux envers deux de ses paires. « Nous n’avons pas été en mesure de nous entretenir avec Ketty. Nous le ferons après les JIOI. Khelwin a lui présenté ses excuses. Il est jeune et impulsif. Il regrette d’avoir dépassé les bornes », soutient Magarajen Moonien.

Ce dernier a ajouté: « Nous allons mettre toute cette affaire derrière nous et nous concentrer sur les Jeux. C’est le plus important. Nous rencontrerons les athlètes ce mardi, pour faire le point car l’objectif est avant tout de faire honneur au quadricolore national et de ramener le plus de médailles possible », avoue l’homme fort de l’haltérophilie local.