Négociations et démarches se multiplient pour débusquer, à maintenant dix mois de 9es Jeux des îles (1er -8 août 2015), un nouveau DTN étranger qui s’occupera sérieusement de la préparation des haltérophiles mauriciens. Elles ont même atteint un niveau assez avancé puisque plusieurs échanges de correspondance ont déjà eu lieu en ce sens avec le MJS. La candidature du Camerounais Clément Mbala est prise au sérieux, indique-t-on.
Le mois d’octobre pourrait être décisif. L’initiative ne reviendrait toutefois pas à la Fédération mauricienne d’haltérophilie, mais d’ailleurs, cela en accord avec le MJS. Tout comme celle qui vise à trouver des athlètes de taille venant notamment du culturisme pouvant éventuellement étoffer les rangs de l’équipe mauricienne pour pallier le manque apparent de compétiteurs hommes et dames aux prochains Jeux de îles 2015.
Mais s’agissant des tractations autour du recrutement du nouveau DTN, la fédération mauricienne est au courant des faits. Le nom le plus cité est celui de l’entraîneur camerounais Clément Mbala. Mais sa candidature n’est pas un choix final, indique-t-on. Également formateur, il est actuellement entraîneur national de son pays et avait conduit l’une de ses athlètes à la médaille d’or chez les dames en 69 kg aux Jeux du Commonwealth de Glasgow (23 juillet-3 août) cet été en Écosse.
Très intéressé, le Camerounais s’est dit disposé à effectuer une visite à Maurice pour un premier contact. Le MJS aura accepté à lui offrir son billet d’avion, avons-nous appris. Toutefois, l’intérêt qu’il démontre ne serait pas au goût de la fédération mauricienne… De plus, Clément Mbala se montre moins exigeant pour ses honoraires, $ 2 000 (?Rs 60 000), frais d’hébergement et de transport intérieur exclus. Ce qui est de loin plus acceptable que ce que réclament d’autres coaches étrangers contactés par la fédération mauricienne, notamment de Roumanie (?Rs 120 000 + hébergement et facilités) et du Pakistan (?Rs 90 000 + hébergement et facilités).
Clément Mbala avait aussi assumé avec succès le rôle d’entraîneur national des haltérophiles malgaches dans le cadre des Jeux des îles 2011 à Mahé. Il avait notamment pris ses fonctions deux mois avant l’échéance, mais avait permis aux Malgaches de décrocher six médailles d’or, un bilan largement supérieur à celui de Maurice.
Remous autour des mondiaux
Par ailleurs, la participation de deux haltérophiles mauriciennes aux mondiaux d’Almaty prévus du 4 au 16 novembre au Kazakhstan, soulève des interrogations. Ces mondiaux pour lesquels des minima ont été pour la première fois établis serviront également de qualification aux Jeux Olympiques 2016 de Rio. Il se trouve qu’aucune des deux leveuses n’est au niveau des minima qui sont imposés dans leur catégorie.
En -58 kg, Roilya Ranaivosoa avait complètement raté sa derrière compétition qui remonte aux Jeux du Commonwealth à Glasgow. Elle n’a donc aucune référence officielle alors qu’une charge totale olympique de 155 kg est imposées à titre de minima par l’instance internationale. Idem en +75 kg où Shalinee Valaydon n’aura réussi à soulever que 206 kg à Glasgow alors que les minima sont de 211 kg. Par contre, Emmanuelle Lente, qui évolue en -63 kg, avait été créditée de 177 kg aux derniers Jeux des îles en 2011 à Mahé, alors que les minima dans cette catégorie sont de 164 kg. Lente ne participera pas aux mondiaux…
Boursière du TFES, Roilya Ranaivosoa est partie depuis le 28 septembre en Roumanie pour cinq semaines de stage de préparation précédant les mondiaux. Par contre, Shalinee Valaydon est boursière de la Solidarité Olympique en vue des JO 2016 de Rio. Se pourrait-il que leur fédération ait induit en erreur toutes les parties concernées en finalisant cette participation ?
Quoi qu’il en soit, la fédération mauricienne avait récemment fait ressortir dans un communiqué non signé que 18 athlètes ont été présélectionnés dans toutes les catégories hommes et dames en vue des Jeux des îles 2015. Toutefois, la mise sur pied d’une nouvelle présélection devrait être effectuée courant novembre à l’issue de la compétition comptant pour le Comité régional d’haltérophilie de l’océan Indien prévue à Maurice, compétition qui avait pris naissance en 2011 à Mahé avec la signature d’un accord entre La Réunion et Maurice lors des Jeux des îles. L’an dernier, cette compétition s’était tenue à La Réunion. Celle année, elle pourrait accueillir Madagascar et les Seychelles.