C’était un test à ne pas rater et bien que certains ont été exacts au rendez-vous, d’autres ont été en deçà des attentes, samedi lors de la deuxième manche de la ligue nationale d’haltérophilie disputée au centre national à Vacoas.
Malgré une baisse de régime, Shalinee Valaydon (+75 kg) se maintient dans la présélection en vue des Jeux du Commonwealth à Glasgow (23 juillet-4 août), alors que Roilya Ranaivosoa (69 kg), Cédric (77 kg) et Jonathan Coret (62 kg) ont été pour le moins convaincants à plus de trois mois de l’échéance. Cédric Coret et Roilya Ranaivosoa se sont surpassés pour battre leur record national, confirmant ainsi leur prestation réalisée en février lors de la première manche.
Ranaivosoa, 23 ans, a repoussé d’entrée ses propres limites à l’arraché en portant son record national de 75 à 77 kg. Elle rata cependant ses deux tentatives à 80 kg et s’est dit en partie déçue.  « Étant athlète, on n’est jamais satisfait car on veut toujours faire mieux. Récemment à l’entraînement, j’ai vu que je pouvais réaliser 82 kg à l’arraché. Malheureusement aujourd’hui (samedi), je dois me contenter de 77 kg. Je ne suis qu’en partie satisfaite, mais contente de moi étant en pleine progression. »
À l’épaulé-jeté, elle visait 110 kg. Mais elle avoue que « 107 kg, c’est encore mieux vu que je ne l’avais jamais fait avant. C’est rassurant car la prochaine fois je passerai directement à 115 kg au lieu de 110 kg. On va dire que c’est une rentrée prometteuse dans les deux mouvements, car il y a encore un gros travail à faire. Là, on est tout juste en pleine préparation. Il me reste trois mois et peu de temps pour être prête pour Glasgow. »
En 77 kg, Cédric Coret, 22 ans, a essuyé lui aussi un revers à l’épaulé-jeté. Après avoir réussi d’entrée 147 kg, il échoua à 152 kg, mais rectifia aussitôt l’erreur en soulevant avec succès 153 kg, battant donc à deux reprises son record national qui se situait à 145 kg. À l’arraché, il réussira le sans-faute, passant 110, 114 et 117 kg et battant au passage sa marque nationale qui était de 112 kg et porte son total olympique à 270 kg désormais. Surpris, il l’était samedi.
« Je visais trois records. C’est une surprise. Je remercie le ma famille et mon entraîneur qui m’ont toujours soutenu. Il faut être patient et humble. Avec plus de régularité à l’entraînement, je sais que je peux repousser encore plus loin mes limites », avoue-t-il.
Étant employé à la SMF, il avoue que « c’est dur de s’entraîner après 24h de travail. Je dois toujours puiser dans mes jours de congé pour être présent à la compétition. Mais malgré toutes mes difficultés, je me donne à 200% quand je suis présent. Depuis 2011, je ne cesse de me surpasser, battant tous mes records. Mais le plus dur est de rester n°1. J’espère que le MJS entendra l’appel que je lance. »
Quant à Jonathan Coret, il a démontré qu’il était en progrès en réussissant 92 kg à l’arraché et le sans-faute à l’épaulé-jeté en soulevant 115, 120, 125 kg avec un total olympique de 217 kg.