Les Championnats d’Afrique d’Haltérophilie, qui réunissent les meilleurs leveurs de fonte du continent dans les différentes catégories au programme, seront disputés à compter de cette semaine. Nous aurons droit à du très lourd avec la présence notamment de médaillés olympiques. Les feux sont aux verts pour la sélection mauricienne, qui sera attendue au tournant et qui aura la responsabilité de faire bonne figure sur ses terres et devant son public. Mais la tâche s’annonce ardue, pour ne pas dire très compliquée…
Cet évènement servira également de tremplin en vue d’une qualification pour les Jeux du Commonwealth, prévus du 4 au 15 avril 2018 à Gold Coast, Australie. Toutes les conditions sont réunies pour permettre à la sélection mauricienne de se surpasser. Les différentes délégations (Égypte, Nigéria, Tunisie, Maroc, Ghana, République Démocratique du Congo, Seychelles, Lesotho, Afrique du Sud, Algérie, Madagascar) commenceront d’ailleurs à débarquer lundi et mardi pour compléter les demandes d’accréditation. La réunion technique se tiendra mercredi et les entrées seront officialisées dans chaque catégorie. La cérémonie d’ouverture est prévue le même jour à 16 heures au gymnase Pandit Sahadeo à Vacoas.
C’est d’ailleurs le jeudi 13 que les premières catégories seront en action avec les -48 kg et -53 kg dames. Les yeux seront rivés sur la meilleure chance mauricienne, Roilya Ranaivosoa, dans la première catégorie, triple médaillée d’or l’année dernière dans cette même compétition au Cameroun. Elle avait mis tout le monde d’accord en s’adjugeant les trois médailles d’or avec une performance de 78 kg à l’arraché, 102 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 180 kg. Notre compatriote n’a pas vraiment eu d’adversaire à sa taille puisqu’elle avait nettement devancé une Tunisienne, qui avait terminé avec un total de 144 kg, et une Nigériane (140 kg).
Cette fois, elle aura certainement fort à faire pour défendre sa couronne. Compétitrice dans l’âme, Roilya Ranaivosoa, donnera comme à son habitude la pleine mesure de ses capacités. Elle avait d’ailleurs fait ressortir à Week-End il y a quelque temps déjà qu’elle avait « à coeur de faire le boulot devant mon public. Ce serait une belle consécration que d’être sacrée sur mes terres ». La compétition se poursuivra à 17 heures pour les 56 et 64 kg hommes. Les concurrentes en 58 et 63 kg s’affronteront vendredi à 17 heures.
Labonne et Valaydon
La compétition se poursuivra le samedi 15 juillet à partir de 10 heures pour les 69 kg hommes et à 13 heures pour les 69 et 75 kg dames, ainsi qu’a 17 heures pour les 77 kg hommes. Chez les dames (69 kg), les performances d’Emmanuella Labonne seront examinées à la loupe. On se souvient que c’est à l’arraché qu’elle avait obtenu la médaille d’argent aux derniers Championnats d’Afrique, avec une charge de 80 kg. Elle avait raté le plus précieux métal d’un kilo seulement, car la gagnante, une représentante du pays hôte, avait réalisé une performance de 81 kg. La triple médaillée d’or des JIOI avait été créditée de 100 kg à l’épaulé-jeté et un total olympique de 180 kg. La Mauricienne avait aussi joué de malchance puisqu’elle avait raté son troisième essai à l’épaulé-jeté avec une barre de 103 kg qui aurait bien pu changer la donne. C’est l’heure de la revanche pour cette battante, qui aura à coeur de rectifier le tir.
Le dimanche 16 juillet verra en action les catégories 85 kg hommes à 10 heures, les catégories 90 et + 90 kg dames à 13 heures et celle des 94 kg hommes à 17 heures. Dans la plus grande catégorie féminine, Shalinee Valaydon peut également prétendre à une breloque. Elle avait terminé en beauté avec deux médailles de bronze au Cameroun grâce à ses charges de 95 kg à l’arraché et de 115 kg à l’épaulé-jeté dans la catégorie des plus de 75 kg. Shalinee Valaydon est d’ailleurs très expérimentée sur le plan continental, ayant pris part à beaucoup d’évènements. La cérémonie de clôture est prévue le même jour à 19 h. Les délégations étrangères repartiront le 18 juillet.
L’expertise chinoise pourrait s’avérer déterminante pour la sélection mauricienne, avec la présence de Mu Hong He, qui aide à peaufiner la préparation des leveurs depuis fin mars, soit un peu plus de trois mois maintenant. Pour rappel, aux derniers rendez-vous africains, Maurice avait glané trois médailles d’or, une d’argent et deux de bronze. Tout laisse présager que ce ne sera pas forcément une partie de plaisir pour les locaux. Mais tout challenge mérite d’être relevé et il faudra crânement défendre ses chances jusqu’au bout. Comme dit ce proverbe de Sun Tzu dans L’art de la guerre : « Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre ».