Yogida Sawmynaden a rencontré, hier à son bureau au Citadelle Mall à Port-Louis, les trois médaillées mauriciennes des récents Championnats d’Afrique d’haltérophilie tenus du 6 au 14 mai à Yaoundé, en présence du président de la Fédération mauricienne d’haltérophilie, Poorun Bhollah. Le ministre avait à ses côtés son secrétaire permanent, Virendra Daby, et d’autres membres de son cabinet.
Si le ministre a félicité les Mauriciennes pour avoir brillé au Cameroun, il leur a également renouvelé toute sa confiance et rappelé qu’elles pouvaient compter sur son ministère pour avancer. Au Mauricien qui l’interrogeait après cette rencontre, Yogida Sawmynaden a indiqué que Roilya Ranaivosoa repartira très prochainement en Roumaine poursuivre sa préparation jusqu’aux Jeux Olympiques de Rio (5-21 août).
À Yaoundé, Roilya Ranaivosoa avait remporté trois médailles d’or en -48 kg, Emmanuella Labonne une médaille d’argent à l’arraché en -69 kg et Shalinee Valaydon deux médailles de bronze à l’épaulé-jeté et au total olympique en +75 kg. « Vous avez franchi une étape importante, tout comme il est important que vous puissiez continuer, car vous êtes sur la bonne voie », a-t-il lancé.
S’il a regretté l’absence de Cédric Coret pour cause de blessure à l’événement, il en a profité pour préciser que le MJS doit trouver « une formule légale » pour lancer le projet qui vise à assurer à tout sportif de haut niveau « le suivi nécessaire avant, pendant et après sa carrière afin que son avenir professionnel soit préservé. »
Il s’est longuement attardé sur cet aspect tout en disant qu’en raison « d’un budget qui n’est pas illimité, le ministère ne peut satisfaire tout le monde », d’oû l’appel à l’appui du secteur privé. « Mais nous essayons de faire du mieux possible pour soutenir les fédérations sans leur mettre les batôns dans les roues. Le MJS n’est en conflit avec aucune fédération », a-t-il remarqué. Il a par ailleurs souligné l’intégration de l’haltérophilie au programme du Rehabilitation Youth Centre.
Le ministre a également mis l’accent sur l’importance de la dicipline et de la rigueur durant la préparation et a souhaité bonne chance à celles qui sont en quête de qualification olympique en espérant « que les médailles suivent. »
Le président de la FMH a salué les leveuses qui, « grâce à la contribution du MJS, ont fait honneur au pays. » Il a rappelé que « Roilya Ranaivosoa est presque qualifiée pour Rio » tout en souhaitant qu’elle « continue à se rattraper durant la préparation pour entrer dans le top 3 mondial. Mais si c’est pas le cas cette fois, en comptant avec le soutien du MJS, souhaitons qu’il en soit ainsi la prochaine fois. »,
S’agissant du départ de Roilya Ranaivosoa qui devrait repartir dans quelques jours en Roumanie pour y peaufiner sa préparation en Roumanie jusqu’au JO, le ministre a indiqué que le visa de l’athlète « sera prête et qu’elle repartira comme prévu, si on veut que la discipline progresse. »
Quant à la principale concernée, elle avoue garder « toujours le moral haut même envers ceux qui pensent que je n’ai pas progressé depuis ma participation aux mondiaux de Houston en novembre. » « C’est juste une attaque psychologique contre moi pour me déstabiliser. Mais cela me donne au contraire plus de volonté à me surpasser. L’objectif à Yaoundé était de remporter l’or pour me qualifier. Je l’ai fait, mais le plateau n’était pas relevé. Je termine 3e meilleure athlète toutes catégories confondues. Et ça, personne n’en parle. Mais pour démontrer que j’ai réellement progressé, j’attends Rio pour le prouver. Yaoundé était une première étape, attendons la seconde. Personne ne semble se demander si j’ai tout donné à Yaoundé ou si j’ai réservé la meilleure part pour Rio », a-t-elle renchéri.