Les leveurs de fonte mauriciens devront prendre part ce mercredi (après-midi) à une nouvelle épreuve de sélection dans le cadre des Championnats d’Afrique qui se tiendront au Cameroun, du 7 au 16 mai. La Mauritius Amateur Weightlifters’ & Powerlifters’ Association (MAWPA) a, pour l’occasion, décidé de revoir les minimas car le ministère de la Jeunesse et des Sports y est venu ajouter son grain de sel. À l’issue de cette compétition, deux haltérophiles (un en masculin et un en féminin) seront choisis pour accompagner Roilya Ranaivosoa et Shalinee Valaydon.
On se souvient que le 19 mars dernier, c’était Emmanuella Labonne (-69 kg) et Jonathan Coret (-62 kg) qui avaient été désignés meilleurs leveurs de fonte des épreuves de sélection. « Nous avions soumis un barème (minima) lors de cette compétition mais il s’est avéré que c’était un peu trop élevé pour les athlètes, qui n’avaient pas été en mesure de le réaliser. Le comité technique avait alors décidé de se réunir trois jours plus tard pour  les départager à travers la formule Sinclair, basée sur un système de pointage pour désigner les meilleurs. La palme était alors revenue à Emmanuella Labonne chez les dames et Jonathan Coret en masculin », a clairement fait ressortir le secrétaire de la fédération, Magarajen Moonien. En effet, la (MAWPA) n’a le droit d’envoyer que deux représentants à ce rendez-vous continental.
D’ailleurs, chez les messieurs, une compétition devait se tenir entre les cousins Coret, Jonathan et Cédric (-77 kg). « La palme de meilleure athlète n’assurait pas à Jonathan un ticket pour le Cameroun car son cousin, Cédric, s’entraînait en Roumanie, à ses propres frais sous la supervision du Directeur Technique National (DTN) Urdas Constantin. Nous devions le voir en action pour constater ses progrès de visu, et il avait été décidé que les deux devaient s’affronter pour désigner lequel irait au Cameroun, car il ne peut n’y en avoir qu’un. Cédric Coret devait rentrer au pays 15 jours avant le début de cette confrontation. Et il est bel et bien présent », a spécifié le président de la fédération, Poorun Bhollah.
Mais, une fois n’est pas coutume, le MJS a décidé de s’interférer dans les affaires de la fédération. « Bon, le ministère nous a clairement précisé qu’il n’approuverait pas le déplacement des deux haltérophiles car ils n’avaient pas été en mesure de réaliser les minimas. Pas de problème, nous allons organiser une nouvelle compétition ce mercredi 20 avril et bien évidemment, nous avons revu les minimas. Ils seront au nombre de 7 ou 8 haltérophiles à y prendre part pour seulement deux places. Cédric Coret sera lui aussi de la partie », a ajouté Poorun Bhollah. À noter toutefois que Roilya Ranaivosoa, triple médaillée d’or des 9es Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI), bénéficie du soutien du MJS, qui finance son déplacement à travers son budget pour la préparation olympique alors que Shalinee Valaydon a une bourse olympique.
Pas de bol surtout pour Emmanuella Labonne, qui devra reprendre part à la compétition, elle qui était assurée de défendre le quadricolore national lors de ce rendez-vous continental. On le répète un peu trop souvent, le MJS n’a pas le droit d’interférer dans les minimas mis en place par les différentes fédérations sportives. « Nous devrons coûte que coûte envoyer des athlètes car ces Championnats d’Afrique sont qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Rio », a conclu Magarajen Moonien. Décidément, les grosses boulettes et le travail d’amateurisme du ministère ne font que s’accroître de plus en plus…