Les leveurs de fontes mauriciens ont répondu présents aux Championnats du Commonwealth de Weightlifting à Pune en Inde (Balewadu Sports Complex) avec notamment  une médaille d’or grâce à Yvan Pierrot dans la catégorie des -105 kg chez les juniors. En seniors, il est monté sur la deuxième marche du podium. Autant dire que le Monsieur Muscle de l’haltérophilie mauricienne surfe actuellement sur une vague positive étant dans une forme incroyable depuis les 9es Jeux des Îles de l’Océan Indien en août dernier.
À l’instar de Shalinee Valaydon chez les dames, le jeune Yvan Pierrot (19 ans) est en train de marquer de son empreinte l’haltérophilie masculine. Il possède d’ailleurs encore une belle marge de progression et tout laisse présager qu’il sera encore plus performant dans les années à venir. Pour l’heure, il a conclu sa saison en beauté en montant sur la plus haute marche du podium dans la catégorie junior des -105 kg. Seul en lice, il a réalisé une performance de 141 kg à l’arraché, 184 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 325 kg. Suffisant pour lui offrir la palme. Ses mêmes performances lui ont également valu l’argent chez les seniors.
C’est toutefois le représentant de Karibati, David Katoatau, qui s’est imposé soulevant la barre à 146 kg à l’arraché, 183 kg à l’épaulé-jeté et 324 kg au total olympique. C’est l’enfant du pays, l’Indien Kumar Dabey Parful qui a complété le podium avec 141 kg à l’arraché, 183 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 324 kg. Six participants étaient en lice chez les seniors hommes. Poorun Bhollah, président de la Mauritius Weightlifters & Powerlifters Association (MAWPA) a d’ailleurs fait ressortir que c’était une première pour l’haltérophilie mauricienne. Poorun Bhollah ne tarit pas d »éloges sur la performance de son protégé. « C’est une performance incroyable. Yvan (Pierrot) a un talent incroyable et il a été  égal à lui-même. Je suis très content pour lui car il était lessivé mais il a fait abstraction de la fatigue pour aller chercher cette médaille d’or ainsi que l’argent ».
On se souvient qu’aux JIOI à La Réunion (1-9 août), Pierrot avait remporté trois médailles d’or dans sa catégorie avec 142 kg à l’arraché, 182 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 324 kg. Puis, aux 11es Jeux d’Afrique tenus du 4 au 19 septembre au Congo-Brazzaville, il avait récolté deux médailles de bronze à l’épaulé-jeté et au total olympique en montant chez les plus de 105 kg. Il avait d’ailleurs fait parler la poudre en établissant trois records nationaux dans cette catégorie avec 146 kg à l’arraché, 185 kg à l’épaulé-jeté et 331 kg au total olympique. Autant dire qu’il a fait dans la continuité puisqu’il a amélioré ses marques en établissant deux nouveaux records passant de 182 kg à 184 kg à l’épaulé-jeté et de 324 kg à 325 kg au total olympique. Une sacrée performance réalisée jeudi.
Comment passer sous silence  les performances d’Emmanuella Lent-Labonne et de sa jeune soeur Ketty Lent. C’est cette dernière qui fut la première à entrer en action mardi chez les 53 kg. Un baptême de feu réussi dans cette compétition puisqu’elle a remporté l’argent dans la catégorie youth avec une performance de 56 kg à l’arraché, 66 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 122 kg. On se souvient qu’aux derniers Commonwealth Youth Games aux Îles Samoa (5-12 septembre 2015), elle était montée sur la troisième marche du podium. « Elle connaît une belle marge de progession. Je ne suis pas du tout surpris de son résultat car elle a un gros potentiel. L’avenir s’annonce prometteur pour elle », a soutenu Poorun Bhollah.
Emmanuella Lent-Labonne, triple médaillée d’or aux JIOI (87 kg à l’arraché, 105 kg à l’épaulé-jeté et 192 kg au total olympique) dans la catégorie des -69 kg est également revenue avec l’argent. Athlète avec un fort tempérament et possédant un mental à tout épreuve, elle n’a pas déçu avec 81 kg à l’arraché et 103 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 184 kg. Une revanche sur la vie pour Emmanuella Lent-Labonne qui a connu maintes déboires avant de récolter les fruits de son travail. Ravi Bhollah, coach national est également très satisfait des performances. « Les objectifs sont atteints. Yvan a remporté l’or en junior et Emmanuella a fait parler son expérience alors que Ketty est une jeune très prometteuse qui fera encore parler d’elle. C’est vraiment exceptionnel », a-t-il affirmé. Depuis l’arrivée du Directeur Technique National (DTN), le Roumain Urdas Constantin, l’haltérophilie locale marche sur l’eau et commence à redorer son blason. De bon augure pour la suite.