A peine la nouvelle saison commencée que la Fédération mauricienne d’Haltérophulie (FMH) retombe dans ses travers. Après enquête, le Registrar of Associations (RoA), par le biais du Registrar, Harry Hookoom, a indiqué dans un courrier en date du 18 janvier, que le comité directeur élu le 20 juillet 2012 «is not in order» et que la résolution prise le 18 mai 2012 pour amender les statuts de la fédération  «is not in order» également. Raison: le quorum de trois quarts du total des votes «held by all the members of the assembly was not attained.» Après double complainte faite par Nunkishore Fakun et Serge Calotte, tous deux de la région de Curepipe.
Du coup, les compteurs sont de nouveau à zéro au sein de cette fédération, qui est empêtrée dans une situation conflictuelle, sans fin, depuis plus de deux décennies. Même le départ de celle qui était considérée comme la dame de fer, Fatima Rummun, n’a rien changé à la situation. En effet, presque six mois après la tenue de cette assemblée marquée par le volte-face de Danny Chellen, qui s’est rétracté après avoir assisté à la réunion et accepté pour être au sein du comité exécutif de la FMH, le Registrar of Associations vient enfoncer le clou. Contre toute attente Cresent House a émis un courrier qui vient stopper nette l’équipe de Poorun Bhollah dans leur démarche pour relancer cette discipline.
Les interrogations de Bhollah
Pas réellement si l’on s’en tient aux propos de ce même Poorun Bhollah tenus hier matin. «A mon niveau, nous n’avons reçu aucune lettre du Registrar of Associations qui nous dit que nous sommes illégaux. Mais j’ai lu dans les journaux qu’une telle lettre existe. Si c’est vraiment le cas, il va sans dire que M. Fakun est aussi illégal puisque cette assemblée du 20 juillet a été convoquée par M. Fakun. D’autant plus que le problème des clubs ne datent pas d’aujourd’hui. Maintenant, je voudrais, moi, savoir comment M. Fakun ou le Registrar of Associations va faire pour donner aux haltérophiles une assemblée générale en bonne et due forme? Ou est-ce que les autorités régulatrices à Maurice ont donné leur feu vert pour l’enregistrement des clubs fictifs à la veille des élections comme nous voyons un peu ce qui se passe actuellement dans certaines fédérations? Si c’est cela la volonté des gens, alors allons-y, car si je comrpends bien, M. Fakun a été président d’une fédration illégale et veut l’être toujours. Alors qu’est-ce qu’il a fait pour changer la situation?» s’interroge Poorun Bhollah à Week-End hier matin.
Toujours est-il que Nunkishore Fakun ne compte pas lâcher  le morceau. Galvanisé par le fait qu’il a pu assister à la dernière assemblée générale de la Fédération Internationale d’Haltérophilie qui s’est déroulée à Baku (Azerbaïdjan) du 10 au 12 décembre 2012. A Week-End qui l’interrogeait vendredi il a laissé entendre qu’il compte écrire au ministère de la Jeunesse et des Sports pour réclamer que ce dernier le reconnaisse comme président de la FMH. «Par courrier, je vais informer de la situation après la lettre du Registrar et réclamer que cette instance me reconnaisse comme président. Une fois cette étape passée, je compte réunir les membres du dernier comité et réorganiser la fédération et écrire les nouveaux statuts. C’est-à-dire mettre en place des comités régionaux et par la suite organiser des nouvelles élections», a indiqué Nunkishore Fakun.
Finances coupées
Ce dernier explique qu’il compte faire une réorganisation «inclusive et non exclusive et que ceux qui ont fauté doivent faire les frais des conséquences». Donc des actions légales si on s’en tient au communiqué émis par Nundkishor Fakun en date du 25 janvier et envoyé à toutes les rédactions sportives. Pour sa part, au ministère de la Jeunesse et des Sports on a indiqué à Week-End avoir pris connaissance de la position du Registrar of Associations et comme action immédiate, il a été décidé de «withhold» le budget que ce ministère accorde à la FMH «until further notice».