L’histoire se répète pour Roilya Ranaivosoa. La leveuse de fonte a une fois de plus fait aisément la différence en remportant hier trois médailles d’or africaines en -48 kg lors de la première journée des Championnats d’Afrique disputés aux centre national d’haltérophilie à Vacoas. Maurice accroche également un triplé en argent par l’entremise de Ketty Lent en -58 kg, alors que Jonathan Coret s’est lui aussi distingué en s’offrant trois médailles de bronze en -62 kg.
Une première journée réussie pour les leveurs mauriciens, bien que les médailles remportées ont été plus difficilement octroyées pour certains que pour d’autres. En -48 kg, Roilya Ranaivosoa n’avait que pour seule adversaire la Malgache Rosinath Randafison qui, de loin, ne représentait aucune menace pour la conquête des trois médailles d’or à l’arraché, à l’épaulé-jeté et au total olympique. Autant dire qu’il ne restait plus à la Mauricienne que de se battre contre elle-même et se surpasser pour s’assurer du titre et surtout d’une qualification aux Jeux du Commonwealth 2018 à Gold Coast en Australie.
« Je ressens quand même une très grande fierté et suis amplement satisfaite d’avoir gagné, même si pour moi la préparation n’a pas été aussi intense qu’en 2015 pour les Jeux des îles et en 2016 pour les JO de Rio. Mais vaut mieux se contenter de ce qu’on a que de se plaindre de ce qu’on n’a pas eu », déclare la championne d’Afrique. Mais elle ajoute que c’est bien la première fois en sept ans qu’elle évolue dans une telle ambiance à Maurice.
« Je voulais améliorer mes records personnels. Je n’ai pas réussi, mais avec plus de préparation, je pourrai me surpasser. Je dédie mes médailles à ma famille, à Cédric Coret et à mon ami disparu Yvan Pierrot. » Roilya Ranaivosoa a réussi d’entrée à l’arraché 70 kg, puis 76 kg, mais a échoué à 81 kg. À l’épaulé-jeté, elle réalise 90 kg, 95 kg, mais échoue à 100 kg. Il lui reste maintenant à se concentrer sur l’échéance australienne.
En -58 kg, la Sud-Africaine Johanri Taljaard, plus aguerrie, a débuté son concours à 72 kg à l’arraché, contre 61 kg pour Ketty Lent et 86 kg à l’épaulé-jeté, contre 82 kg pour la Mauricienne. Autant dire que celle-ci devait s’accrocher à la médaille d’argent en confrontation avec la Malgache Sitrakiniaina Randrianandrasana. Après ses deux prochains essais réussis à l’arraché avec 66 kg et 70 kg, la Mauricienne a fait la différence à l’épaulé-jeté avec 82 kg et 87 kg malgré un échec à 93 kg.
« Ces médailles d’argent me conviennent parfaitement, d’autant que ce sont mes premiers Championnats d’Afrique seniors. Je pense surtout à mon père Vivian, que j’ai perdu l’an dernier et qui m’avait toujours accompagnée à toutes mes compétitions, ainsi qu’à mon coach Ravi Bhollah, ma soeur Emmanuella et à Mélanie Valaydon. Je réussirai mieux la prochaine fois », nous a confié la leveuse, qui bat les records nationaux jeunes et juniors de la catégorie.
Chez les hommes, si Dorian Madanamoothoo prend la 6e place en -56 kg, Jonathan Coret s’est lui retrouvé dans un concours très relevé et dominé assez nettement par le Malgache Alain Adriatsitohaina, alors que le Tunisien Kraydi se contente de l’argent. Le Mauricien termine son concours 3e avec un total de 242 kg, contre 267 kg au Tunisien et 272 kg au Malgache.
« Je ne suis pas bien loin de mes adversaires. Mais cette marge d’écart peut être comblée en un an avec plus de soutien, d’autant que le Malgache sera bien là aux prochains Jeux de îles. Donc, le temps nous est compté. Je dois encore me perfectionner en -62 kg où j’évolue depuis deux ans seulement. Aujourd’hui (hier), je rate 140 kg à l’épaulé-jeté, une barre que j’ai réussie plusieurs fois à l’entraînement. C’est juste une question de gestion de poids du corps », nous déclare-t-il sans véritable regret. Il réalise deux records nationaux à l’arraché et au total olympique.
La compétition devait se poursuivre aujourd’hui à partir de 15h, avec les Mauriciens Emmanuella Labonne, Alison Sunee (-75 kg) et Dinesh Pandoo (-69 kg) en action.