Aux derniers Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI) en 2015 à La Réunion, la jeune haltérophile, Ketty Lent avait pris la 4e place chez les moins de 58 kg. À 17 ans seulement, elle participera en juillet prochain sur le sol mauricien, ses 2es Jeux des Îles et cette fois-ci, elle compte monter sur le podium sous les applaudissements de son public. Un rêve qu’elle caresse depuis quatre ans…

« Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort », disait Pierre de Coubertin, le rénovateur des Jeux Olympiques. Une devise olympique certes, mais qui décrit sportivement sur mesure, l’haltérophile Ketty Lent. Participant à l’âge de 14 ans à ses premiers Jeux des Îles à La Réunion en 2015, elle revient quatre ans plus tard, avec une détermination amplifiée et des muscles taillés dans de la pierre, mais surtout avec la ferme intention de décrocher sa première médaille indianocéanique.

Il va sans dire que ces 10es JIOI lui tient très à cœur. Car à la 9e édition, elle avait échoué au pied du podium, alors que la sélection nationale avait fait une véritable razzia avec 21 médailles d’or. « J’avais 14 ans et que je participais à mes premiers jeux. Je savais d’emblée que cela n’allait pas être évident pour moi. Je tremblais comme une feuille. Malgré le stress et l’intimidation des concurrentes, je tenais quand même à remporter une médaille », dit-elle.

On est tenté de dire que ce n’est que partie remise car, au vu de sa marge de progression. En effet, après avoir échoué au pied podium à l’Île Sœur, Ketty lent a connu une montée en puissance, faisant preuve d’une étonnante régularité dans sa discipline. Car après les JIOI de La Réunion, elle a aussi tôt mis le cap sur les Îles Samoa, pour participer aux 5es Jeux de la Jeunesse du Commonwealth, qui était sa première compétition mondiale.

Médaille à la pelle

Alignée en -53kg, Ketty Lent a offert à Maurice une médaille de bronze après avoir soulevé la barre à 54kg à l’arraché et 70kg à l’épaulé-jeté. Un résultat mieux que celui des JIOI où elle avait réussi 49kg à l’arraché et 65kg à l’épaulé-jeté, alors qu’en ce temps-là, elle évoluait chez les -58kg.

Puis en 2016, elle rafle deux d’argent à cette même compétition qui s’est tenue en Malaisie chez les -58kg. Elle avait soulevé la barre à 64 kg à l’arraché, 75 kg à l’épaulé-jeté pour comptabiliser un total olympique de 139 kg. À la suite de cette performance, la talentueuse Ketty Lent a amélioré quatre records nationaux.

Des résultats encourageants pour la leveuse de fonte qui remporta plus tard aux Championnats d’Afrique jeunes, deux médailles d’argent. Sur sa lancée, elle confirme son potentiel l’année suivante aux Championnats d’Afrique jeunes et juniors en Ouganda, avec six médailles d’or dans l’escarcelle.

Elle avait mis tout le monde d’accord en décrochant six médailles d’or, dont trois chez les jeunes et trois chez les juniors. Elle a survolée la catégorie -58 kg avec une performance de 70 kg à l’arraché et 88 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 158 kg.

Durant cette année de 2017, Ketty Lent a également touché le graal au Championnats du Commonwealth, à Gold Coast en Australie, avec l’or chez les youth et l’argent chez les juniors. Elle avait réalisé une performance de 66 kg à l’arraché, 86 kg à l’épaulé-jeté, soit un total olympique de 152 kg. Également triple médaillé d’argent aux Championnats d’Afrique 2017 tenus à Maurice, avec un total de 157 kg (Arraché : 70 kg, Épaulé-jeté : 87 kg), Ketty Lent a justifié les espoirs placés en elle.

Motivation et détermination

Considérée comme une des valeurs sûres de l’haltérophilie mauricienne, Lent est revenue deux fois plus forte, lors de l’édition 2018 qui s’était tenue à Pointe Jérôme, à Maurice. Elle avait pour rappel, empochée l’or à l’épaulé-jeté avec une performance de 101 kg et deux médailles d’argent notamment à l’arraché (77 kg) et total olympique (178 kg). Elle a surtout tenu tête à l’une des favorites, à savoir la Malgache Vani Ravoldlomiaina chez les moins de 63 kg.

Force est de constater qu’indéniablement, Ketty Lent fait partie des meilleures athlètes de sa génération. Elle est aujourd’hui, une haltérophile confirmée. « J’étais déçu lors des Jeux des Îles de 2015. Mais je dois dire que cette déception a été le moteur de ma progression. Cela m’a aidé à avancer. Et maintenant, je suis d’avantage motivée et déterminée pour ces Jeux des Îles qui se feront chez nous. J’ai mûri et j’ai acquis de l’expérience. J’ai plus de confiance en moi-même. Je fais ce que je dois faire pour atteindre mes objectifs: qui est de remporter une médaille d’or. Le reste, c’est Dieu qui en décidera », dit-elle. À 60 jours des 10es JIOI, elle se dévoue corps et âme afin d’arriver aux JIOI au summum de sa forme. D’ailleurs, la championne sera en stage en Chine, le 26 mai jusqu’au 10 juillet, pour se préparer pour les Jeux, où sera en lice dans la catégorie -63 kg. Et cette fois-ci, elle ne compte pas passer à côté.

 Mon message aux Mauriciens : « Continuez à nous encourager » 

« Je vous remercie pour votre éternel soutien. Je vous suis entièrement reconnaissante. Continuer à nous encourager. Venez en foule. Soyez derrière nous. Car aux Jeux des Îles, nous aurons besoin vivement de vos voix. Allez Moris ! »