L’haltérophile mauricienne, Roilya Ranaivosoa, triple championne d’Afrique dans la catégorie des 48 kg, défendra le quadricolore national aux Jeux olympiques de Rio (Brésil) du 5 au 21 août. Elle ne sera pas accompagnée du Directeur Technique National (DTN), Urdas Constantin, mais du secrétaire général de la Mauritius Amateur Weightlifters’& Powerlifters’Association (MAWPA), Jimmy Moonien.
La MAWPA a obtenu une place de la Fédération internationale d’Haltérophilie (IWF) qui a procédé à une réallocation de quota (en tenant compte du critère de l’universalité) par pays à la suite de disqualification de quelques pays (Russie, Kazakhstan, Biélorussie) pour cause de dopage aux JO de Pékin (2008) et de Londres (2012). C’est ainsi que le continent africain a bénéficié de trois places, dont une allouée au Kenya (homme), une au Maroc (dame) et une à Maurice (dame). « Il fallait trancher entre Roilya Ranaivosoa et Shalinee Valaydon, et le choix s’est porté sur la première », a fait ressortir le président Poorun Bhollah.
Ce dernier a ajouté que, « vendredi, le comité technique s’est réuni pour décider du choix et l’une des deux leveuses de fonte et hier après-midi, le comité directeur a donné son aval. Roilya Ranaivosoa sera accompagné de Jimmy Moonien. » Classée 13e aux Championnats du monde de Houston (États-Unis) en novembre dernier et 9e au classement mondial de sa catégorie, la Mauricienne est sans conteste dans une forme optimale. Shalinee Valaydon (+ 75 kg), bénéficiaire d’une bourse intérimaire de la Solidarité Olympique en vue de Rio, n’a finalement pas été retenue. Cette dernière pointe à la 33e position toutes catégories alors que Roilya occupe présentement la 15e place mondiale.
Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, Roilya Ranaivosoa s’est vu attribuer deux médailles d’or et une d’argent suite à la disqualification pour dopage de la Nigériane Elisabeth Onuah (48 kg) lors des 11es Jeux d’Afrique qui avait eu lieu en septembre dernier au Congo-Brazzaville. Désormais championne des Jeux d’Afrique à l’arraché (80 kg) et au total olympique (183 kg), et vice-championne du continent à l’épaulé-jeté (103 kg), elle est la seule médaillée d’or de sa discipline à ces Jeux. Une sacrée performance pour cette haltérophile qui aura une nouvelle fois à coeur de se surpasser au Brésil.