Triple médaillé d’or aux JIOI, l’haltérophile est retiré de la liste à la dernière minute, faute à « un budget restreint » précise le président de la fédération, Magarajen Moonien

La Mauritius Amateur Weightlifters’ & Powerlifters’ Association (MAWPA) est à nouveau secoué par des tensions internes. Anthony Madanamoothoo, pourtant triplé médaillé d’or aux Jeux des Iles de l’Océan Indien, a été retiré de la sélection participante aux Junior African Championships en Ouganda à la dernière minute. La MAWPA, par la voie de son président Magarajen Moonien, déclare que « c’est la faute à un budget restreint qu’Anthony Madanamoothoo a été enlevé de la liste. » Raison que conteste catégoriquement son père, Jack Madanamoothoo.

Après avoir pris part aux Jeux Africains à Rabat, tout laissé présager qu’Anthony Madanamoothoo allait être un des piliers de cette sélection en Ouganda. Malheureusement, la MAWPA en a décidé autrement. Son père, Jack Madanamoothoo, n’a pas tardé pour monter au créneau, qualifiant cette non-sélection « d’inadmissible et injuste. » D’autant qu’il est clair, pour lui, que son fi ls y méritait amplement sa place. Un communiqué émis de la MAWPA le mercredi 4 septembre à 21h35 est d’ailleurs un peu plus clair à ce sujet. Une lettre de décharge du président Magarajen Moonien, à 21h40 le même jour, a même été rédigée pour que le jeune homme bénéficie de l’autorisation de l’établissement tertiaire qu’il fréquente pour défendre les couleurs du quadricolore.

Malheureusement, les choses ont pris une autre tournure dans l’après-midi de jeudi. « Anthony est parti se faire vacciner comme convenu jeudi matin. Mais, à 15h20 précisément, il a reçu un courrier électronique de la part du président qui m’a laissé sans voix, » indique Jack Madanamoothoo. Une correspondance qui se lit comme suit: « Dear Anthony, I regret to inform you that due to financial constraints you have not been retained in the team for the 2019 Junior African Championships. » Une décision qu’il arrive difficilement à digérer étant donné que son fi ls était, dit-il, le seul triple médaillé d’or des derniers JIOI et surtout le seul ayant le coefficient Sinclair le plus élevé. «Je ne comprends pas sur quel critère son nom a été enlevé ? Il aurait dû être le dernier des sacrifiés compte tenu de ses performances », déplore-t-il.

La MAWPA doit assumer ses responsabilités

Ne voulant en aucun cas que son fils soit pénalisé, Jack Madanamoothoo, avoue avoir même proposé de financer son déplacement. « J’ai même demandé à Anthony d’en faire la demande auprès du président et dans l’après-midi de jeudi toujours, la MAWPA nous a fait parvenir les implications financières », dit-il. Finalement, cette démarche n’a pas eu de suite étant donné qu’Anthony Madanamoothoo a été psychologiquement affecté par tout ce remue-ménage, forçant ainsi son père a “back pedal” sur ce dossier. Cette décision de la fédération est plus que décevante puisque c’était un des objectifs de sa saison. Qui plus est, Anthony voulait tellement y prendre part étant donné que c’était sa dernière année junior», affirme Jack Madanamoothoo.

La question qui interpelle est de savoir si cette décision a été prise en accord avec le comité technique national. Or, selon une source, tel n’aurait pas été la cas. Sinon comment aussi expliquer ce courriel du DTN, Constantin Dabija adressé au président jeudi à 11h52. « Dear Mr President, regarding the african junior and youth championship, I was indirectly informed yesterday evening (mercredi) about the team participants. This morning I discuss about my athletes with Gino Souprayyen and we decided for pure sportsman to compete in these categories below : Ketty Lent (71 kg), Alison Sunee (76 kg), Dorian Madanamoothoo (67 kg) et Anthony Madanamoothoo (89 kg). »

Ce qui est certain, c’est que cette décision de la MAWPA n’est pas clair et laisse planer le doute. Car on ne comprend toujours pas comment le nom d’un haltérophile de la trempe d’Anthony Madanamootoo ait pu être enlevé de la liste des sélectionnés. Ou encore, comment expliquer qu’un problème de budget soit survenu à la toute dernière minute ? À la MAWPA d’assumer ses responsabilités maintenant.