Shalinee Valaydon a été finalement la seule à mettre le cap sur la France mardi pour s’aligner à une compétition qui servira de sélection à l’équipe de France en vue des championnats d’Europe prévus le mois prochain à Tel Aviv, Israël. Le Tournoi international de Dijon sera rehaussé de la participation d’autres haltérophiles venant notamment d’Angleterre, de Serbie et d’Allemagne.
Shalinee Valaydon sera en action samedi en + 75 kg. Elle a été invitée à cette compétition bien que celle-ci n’était pas inscrite au calendrier de la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMA), nous dit l’entraîneur national, Ravi Bhollah. « C’est en tant que vainqueur des championnats de France qu’elle y a été invitée. Elle a aussi réalisé une saison honorable l’an dernier. Elle est hébergée aux frais de l’organisation », souligne-t-il.
Avant son départ, l’athlète s’est fixé un objectif commun avec son coach. « Contrairement aux championnats de France où l’important était la médaille d’or, nous avons ensemble convenu qu’elle tentera cette fois de battre de 2 kg au moins par épreuve ses records personnels à l’épaulé-jeté (115 kg) et à l’arraché (95 kg) et réussir un maximum d’essais, un domaine où la plupart de nos représentants ont peiné lors des derniers championnats d’Afrique au Maroc », déclare Ravi Bhollah.
Objectif réalisable puisque, lors de la dernière compétition précédant son départ, Valaydon avait soulevé 116 kg à l’épaulé-jeté lors de la première manche de la ligue nationale. Toutefois, la marque ne fut pas homologuée, la compétition n’étant pas reconnue par les règles de la fédération internationale. « Mais il n’empêche qu’elle est sur une bonne base pour améliorer de 2 kg par épreuve ses records cette fois dans des conditions réglementaires. »
Shalinee Valaydon sera de retour mardi prochain. Elle s’est envolée en compagnie du président de la FMH, Poorun Bhollah, qui s’est précisément assigné pour mission de visiter les structures et les conditions d’entraînement prévalant à l’Institut National de Sports de l’Expertise et de la Performance (INSEP) dans l’éventualité que la sélection mauricienne se déplace en France l’année prochaine pour se perfectionner en vue des Jeux des Iles 2015.
« Ce constat de visu devrait au mieux lui permettre de s’assurer que toutes les facilités et conditions offertes par ce centre de préparation de haut niveau sont conformes aux attentes et si l’équipe mauricienne pourrait s’adapter aux conditions afin d’éviter la mésaventure survenue en Bulgarie », estime l’entraîneur national.
S’agissant des Jeux d’Afrique Jeunes prévus du 23 au 26 mai à Gaborone, Botswana, la FMH y a arrêté les noms d’Anthony Madanamootoo (-69 kg) et Oren Mooneeapen (- 85kg) lors d’une dernière réunion qui a eu lieu jeudi dernier. Les deux représentants ont donc deux mois de préparation devant eux pour relever le défi.
« Pour Anthony, il n’y a pas de gros soucis car il était déjà en mode de préparation depuis le début de l’année en vue des championnats d’Afrique Jeunes et Juniors (15-22 avril au Cameroun). Il poursuit donc son plan de préparation et est en constante progression. Il a aussi intégré le TFES qui lui permet désormais d’intensifier ses séances qui sont passées à deux fois par jour en trois jours de semaine en sus des autres jours d’entraînement. Il est passé du Mauritius Collège au collège St-Esprit, ce qui facilite justement sa progression. Merci au TFES. »
Quant à Oren Mooneeapen, « il effectue cette année son retour après avoir été découvert aux championnats nationaux en août dernier. C’est un athlète physiquement costaud mais qui a besoin d’être peaufiné au plan technique. Son entraîneur, Serge Calotte, y travaille. Mais je pense que d’ici à deux mois ces deux jeunes auront acquis un meilleur niveau pour les Jeux d’Afrique Jeunes », conclut Ravi Bhollah.