L’Haltérophilie mauricienne est orphelin d’un entraîneur puisque Ravi Bhollah a décidé de jeter l’éponge après les XXes Jeux du Commonwealth en terre écossaise, lui qui n’a reçu aucun salaire depuis sa nomination il y a de cela dix mois. Il se murmure qu’il pourrait bien devenir préparateur physique de la sélection mauricienne de rugby, lui qui voue une passion pour le ballon oval.
Ravi Bhollah n’entraînera désormais plus la sélection nationale d’haltérophilie, lui qui avait été désigné en octobre de l’année dernière dans l’optique des Jeux des Îles de l’océan Indien en 2015 à La Réunion. Ce dernier avait déjà remis sa lettre de démission à la Mauritius Amateur Weightlifting & Powerlifting Association (MAWPA) avant son départ avec la délégation pour les Jeux du Commonwealth. La raison principale est la rémunération puisque l’ancien leveur de fonte n’aurait reçu aucun salaire depuis sa prise de fonction comme entraîneur national il y a dix mois. ??Il a été notamment déçu du manque de considération à son égard et a ainsi décidé de ne plus poursuivre l’aventure. Il compte dorénavant se concentrer sur son autre sport favori à savoir le rugby. Il se murmure qu’il pourrait bien devenir préparateur physique de la sélection mauricienne de ballon oval. Poorun Bhollah, président de la MAWPA ainsi que les membres de la fédération se rencontreront ce vendredi pour discuter de la marche à suivre. « Nous n’avons plus d’entraîneur pour le moment et il faudra trouver une solution au plus vite pour y remédier. Sinon, nous n’aurons pas d’autre option que de fermer le gymnase momentanément. Ce sera alors notre dernier recours », indique-t-il. ??Cette démission n’arrive pas au bon moment pour ce sport de force car les haltérophiles n’ont pas été performants aux Jeux du Commonwealth qui se tiennent actuellement, eux qui ont été en dessous de leurs niveaux. « Les chôses ne se sont pas déroulées comme prévues. C’est dommage mais c’est comme ça. Ce sont des chôses qui arrivent dans le sport de haut niveau », explique notre interlocuteur qui soutient que les contre-performances des leveurs de fonte n’ont rien à voir avec la décision de Ravi Bhollah. ??En ce qu’il s’agit des performances, notons que Shalinee Valaydon, engagée dans la catégorie des +75 kg, a pris la 8e place avec 90 kg à l’arraché, 116 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 206 kg. 12 participantes avaient pris part à l’épreuve qui a vu le sacre de la Nigériane Maryam Usman, qui a réalisé une performance de 125 kg à l’arraché, 155Kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 280 kg. Chez les hommes, Cédric Coret (-77 kg) a terminé à la 7e place totalisant 259 kg (111 kg à l’arraché & 148 kg à l’épaulé-jeté). C’est le Canadien Jean-Marc Beland qui est monté sur la plus haute marche du podium avec 295 kg (138 kg & 157 kg) devant le représentant de Papouasie Nouvelle-Guinée, Youa Uchia (125kg-155 kg) et le Fidjien Tevita Tawai. Ce dernier a réussi une performance de 115 kg à l’arraché et 160 kg à l’épaulé-jeté. ??En ce qu’il s’agit de Jonathan Coret et Roilya Hanitra Ranaivosoa, ils ont été très décevants, passant à côté de leurs concours respectifs. C’est notamment une plus grosse déception pour la deuxième concernée qui était descendue de deux catégories (-58 kg) pour l’occasion, elle qui avait à coeur de réaliser une bonne performance. Mais il n’en fut rien puisqu’elle a manqué trois essais à 100 kg à l’épaulé-jeté pour être la seule à finir non-classée parmi les 14 concurrentes de l’épreuve. Comment cela a pu se produire d’autant qu’elle s’est bien préparée pour l’évènement, ayant notamment suivi un stage en Roumanie pour se préparer dans les meilleures conditions? Est-ce que le problème est d’ordre physique ou psychologique ? Ce sont bell et bien les questions que nous pouvons nous poser.
?Autant dire qu’on est bien mal embarqué en vue des Jeux des Îles de l’océan lndien l’année prochaine. Mais le président de la MAWPA reste toutefois optimiste. « Nous trouverons une solution ».