Faute d’une qualification par catégorie en individuel, Roilya Ranaivosoa pourrait devenir celle qui représentera Maurice du 5 au 21 août aux Jeux Olympiques de Rio. On apprend en effet que la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH) a pu obtenir une place de la Fédération internationale d’haltérophilie (IWF), qui a procédé à une réallocation de quota par pays à la suite de la disqualification de quelques pays pour cause de dopage aux Jeux de Pékin en 2008 et Londres en 2012.
La FMH comptait se réunir hier soir pour se pencher sur la candidate qu’elle jugerait la plus apte aux Jeux de Rio. Si Roilya Ranaivosoa (+48 kg), 13e aux mondiaux de Houston en novembre dernier et plus récemment 9e au classement mondial de la catégorie, semble la favorite, elle garde toutes les options ouvertes en pensant également à Shalinee Valaydon (+75 kg), bénéficiaire d’une bourse intérimaire de la Solidarité Olympique en vue de Rio.
Selon l’entraîneur national, Ravi Bhollah, Ranaivosoa se classe présentement 15e mondiale et Valaydon 33e toutes catégorie confondues. Mais cette dernière est précédée d’un plus grand nombre d’athlètes disqualifiés pour dopage que la première nommée. Mais toujours est-il que le président, Poorun Bhollah, un brin perplexe, avoue ne pas comprendre comment Roilya Ranaivosoa, « qui était bien placée sur la liste des qualifiées par voie individuelle n’a pas été retenue par l’IWF. » E
Il aura ainsi adressé un mail à l’instance internationale le 21 juin pour avoir des éclaircissements. La liste des qualifiées olympiques individuelles est déjà établie depuis le 20 juin. « Il nous reste à choisir une candidate pour Rio », déclare-t-il.
La Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan figurent parmi les pays qui ont été sanctionnés pour dopage et donc enlevés de la liste des pays participants aux JO de Rio. Les places ainsi libérées ont été redistribuées par quota en tenant compte du critère de l’universalité. Le continent africain aura bénéficié de trois places, dont une allouée au Kenya (homme), une au Maroc (dame) et une à Maurice (dame), explique Ravi Bhollah. Cette décision a été prise par le board de l’IWF jeudi.         
S’agissant des 10 places accordées par l’IWF dans son quota individuel par le biais de la Commission tripartite (invitations) du Comité international olympique aux Comités nationaux olympiques (CNO), on retient que de nombreux pays classés par zone y sont éligibles (voir plus loin). Cette liste pourrait ne pas être définitive.