Fin de saison époustouflante pour Ivan Pierrot et Roilya Ranaivosoa, samedi, lors des championnats de Maurice d’haltérophilie au gymnase national à Vacoas. Les deux leveurs ont gratifié l’assistance de nouvelles marques nationales, Ranaivosoa en soulevant 83 kg à l’arraché, 102 kg à l’épaulé-jeté (102 kg) pour une charge totale de 185 kg, alors que Pierrot a fait tomber la précédente référence que détenait depuis le 14 juillet 2007 Ravi Bhollah, le portant de 288 kg à une charge totale de 290 kg.
Cette ultime compétition de l’année qui servait de présélection aux Jeux des îles 2015 (1er-8 août à La Réunion) ne pouvait pas mieux se passer, pourrait-on dire, d’autant qu’elle était relevée par la participation d’une sélection de l’île soeur, « en gros l’ossature de notre équipe qui sera en action aux JIOI l’an prochain », a indiqué son Conseiller technique fédéral (CTF) Nicolas Huet. Et comme c’est habituellement le cas, les meilleurs moments ont été réservés pour la fin, avec l’entrée des gros bras, tant en masculin qu’en féminin.
Honneur aux dames d’abord avec Roilya Ranaivosoa (24 ans), de plus en plus à l’aise dans sa nouvelle catégorie des -58 kg. Après avoir réussi 77 kg à l’arraché, elle souleva 83 kg, soit 1 kg de plus que sa précédente marque nationale réalisée aux Jeux du Commonwealth à Glasgow courant juillet. Elle tenta en vain 85 kg. Idem à l’épaulé-jeté où elle aligna d’entrée 95 kg, puis un nouveau record national à 102 kg avant d’échouer à 105 kg. Courant novembre, elle avait été créditée de 101 kg au 2e essai avant de tenter en vain 105 kg aux mondiaux d’Almaty au Kazakhstan. Elle avait réalisé 79 kg à l’arraché.
Bien que ravie, Roilya Ranaivosoa avoue que « l’objectif était plutôt d’atteindre 85 kg et 105 kg, mais chaque chose en son temps. On va travailler pour l’atteindre la prochaine fois ». Mais c’est surtout le fait de « terminer la saison en beauté » et la perspective de « revenir plus forte l’année prochaine à la reprise » qui la conforte dans ses ambitions pour les Jeux des îles. « Bien sûr que c’est encourageant, mais on a besoin d’y travailler encore. Ça ne s’arrête pas là. Je ne dis pas que je vise l’or, mais on n’y arrivera pas seul, il faut tout un encadrement et une équipe derrière. D’ailleurs, je remercie l’équipe du TFES et Michael Glover qui ont toujours cru en moi ».
En masculin, le poids lourd de l’après-midi était bien Ivan Pierrot (18 ans) bien que concourant en -94 kg. Alors que Jonathan Coret (- 62 kg) et Cédric Coret (-77 kg) ne semblaient pas être au mieux de leur forme, Ivan Pierrot était de loin le plus impressionnant et hors de portée dans sa catégorie. Avec 125, puis 130 kg à l’arraché (record national juniors), il échoua vraiment de peu à 132 kg. Revenant à la charge à l’épaulé-jeté, il souleva d’entrée 160 kg (rec. nat. jr.) et rata de peu ses deux essais suivants à 165 kg.
« Ce n’est que partie remise, car je visais mieux que ça. Mais j’ai dû me rendre au contrôle antidopage à l’extérieur du gymnase et cela m’a un peu refroidi. J’ai dû assurer à 160 kg et n’étais pas l’aise à 165 kg … » Il se dit quand même satisfait « de terminer la saison en force » avec un record juniors à l’arraché (anc. rec. 125 kg) et surtout une nouvelle marque totale juniors/seniors de 290 kg. « Je réserve le reste pour 2015 ».
Ces championnats de Maurice se sont déroulés par ailleurs sans Shalinee Valaydon (+ 75 kg), qui dit soigner une « blessure au genou », et Emmanuella Lent. Reste que pour l’équipe réunionnaise, le fait à retenir est que « cette compétition est la seule façon pour les îles de notre zone d’avoir une reconnaissance. La fédération mauricienne et notre comité avons ainsi proposé d’avoir chaque année un échange en ce sens entre nos deux îles. C’est ça notre base. Et cela devra s’étendre prochainement à Madagascar et les Seychelles », dit Marc Marie, président de la Ligue réunionnaise d’haltérophilie.
Parmi les leveurs de l’île soeur qui ont brillé samedi figurent, entre autres, Erwan Marka, le vétéran Jean-Louis Leblé (54 ans) et en féminin Edmond Niege Line, Larrissa St Jacques et Michaëla Maloto.