Nous connaissons désormais les leveurs de fonte qui défendront les couleurs nationales aux Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) du 1er au 9 août en terre réunionnaise.  La liste a été rendue officielle à l’issue de la deuxième et dernière étape qualificative de la ligue nationale qui s’est tenue dimanche dernier au centre national d’haltérophilie à Vacoas.
Il seront sept en masculin et autant en féminin à faire le voyage à l’île soeur. L’on retiendra notamment la participation d’Hansley Gaya dans la catégorie des -94 kg et du revenant Anthony Madanamoothoo chez les -77 kg. Le premier, rentré de République Tchèque (Prague) mercredi dernier et âgé de 30 ans, fait office d’haltérophile expérimenté. Médaillé lors des JIOI de 2003 (Maurice), 2007 (Madagascar) et 2011 (Seychelles) et également champion d’Afrique de la catégorie juniors au Kenya en 2002, il demeure un atout majeur de la sélection nationale. C’est suite à la demande de la Mauritius Amateur Weightlifting & Powerlifting Association (MAWPA) qu’il est rentré au pays en payant lui-même son billet d’avion.
Anthony Madanamoothoo (-77 kg) est, pour sa part, revenu à la compétition après avoir été testé positif au stanozolol, ce qui lui avait valu d’être suspendu pour une année. C’est la veille de l’épreuve que sa sanction a pris fin. Un retour gagnant pour cet élève du Collège Saint-Esprit qui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Du côté féminin, l’on retiendra la présence d’Alicia Lamusse (-75 kg), qui est rentrée de Paris. Cette dernière, détentrice d’un diplôme américain de Cross Fit niveau 1 obtenu dans l’Hexagone, espère briller aux côtés de ses camarades au grand rendez-vous indianocéanique.
Jonathan Coret (-62 kg) et Roilya Ranaivosoa (-58 kg) ont été désignés meilleurs athlètes de la deuxième manche de la ligue. La MAWPA n’a pas trouvé nécessaire de divulguer les résultats de la Ligue nationale à la presse. Ce qui nous empêche de relier les résultats obtenues aux choix des sélectionnés. Une bien mauvaise opération de la fédération.