La leveuse de fonte Shalinee Valaydon, actuellement en stage à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) en France, poursuit son apprentissage du haut niveau. Vainqueur du Championnat d’Île de France chez les +75 kg, elle s’attaquera aux Championnats de France (hors catégorie) avec l’espoir de sortir une grosse performance et ainsi continuer sur sa lancée, elle qui espère briller lors des Championnats d’Afrique, cette année.
Élue meilleure haltérophile des Championnats d’Île de France lors de semaine écoulée, Shalinee Valaydon se concentre déjà sur les prochaines échéances, elle qui n’a en aucun cas pris la grosse tête. « Je suis là pour apprendre et donner le maximum. Le reste, ce n’est que du bonus. Je suis très heureuse d’avoir obtenu la médaille d’or lors de ces Championnats. Mais je garde la tête sur les épaules car je suis là pour m’améliorer d’autant que je n’ai pas sorti une grosse performance étant bien loin de mon record personnel », souligne la Mauricienne. Pour rappel, lors des Championnats de Maurice d’Haltérophilie qui s’étaient tenus en décembre dernier, elle avait réalisé un record national dans sa catégorie (+75 kg) avec une performance de 90 kg à l’arraché, 110 kg à l’épaulé-jeté, pour un total olympique de 200 kg.
« Il faut que j’améliore cette marque et pour y arriver, il faut que je me donne les moyens en travaillant très dur à l’entraînement », indique la leveuse de fonte, qui avait obtenu trois médailles d’or en 2011 lors des Jeux des Îles de l’Océan Indien. En ce qui concerne les entraînements, Shalinee Valaydon s’y dévoue deux fois par jour, matin et après-midi. « Les entraînements sont différents et bien évidemment beaucoup plus épuisants. C’est le haut niveau. J’ai besoin de me frotter aux meilleures pour pouvoir sortir de grosses performances », fait ressortir notre interlocutrice. Mais Shalinee a tenu par ailleurs à signaler que les haltérophiles mauriciens n’ont rien à envier à ceux du Vieux Continent, plus précisément les Français.
« Ils ne sont pas plus doués que nous. Certains sont très forts tandis que d’autres ont le même niveau que nous. Il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup de potentiel à Maurice mais comme dans tout sport, il faut de la volonté, de la rigueur et de la discipline pour pouvoir percer au plus haut niveau. Avoir une bonne structure et de bonnes méthodes d’entraînement permet de progresser », ajoute-t-elle. À titre d’information, elle défendra les couleurs du club de Neuilly lors des Championnats de France. « C’est grâce à ma première place lors de la précédente compétition que je peux concourir pour les Championnats de France, bien évidemment, hors catégories. Je ferai de mon mieux pour sortir une grosse performance. Toutes les compétitions auxquelles je prendrai part seront synonymes d’évaluation pour moi », explique-t-elle. Shalinee stipule également qu’elle retrouve petit à petit toute sa forme et que malgré le froid, elle arrive à tirer son épingle du jeu.
Shalinee Valaydon a comme objectif prioritaire, cette année, les Championnats d’Afrique. « L’année dernière, j’avais obtenu trois médailles de bronze. J’espère faire beaucoup mieux cette fois-ci. Je sais que ce sera très dur car le niveau est très élevé en Afrique mais je ferai tout mon possible pour atteindre mon objectif. Je suis une compétitrice et je vise toujours la plus haute marche du podium. Je sais que le chemin est encore long mais je vais travailler d’arrache-pied, me donnant à 200% aux entraînements. Je profite de l’opportunité qui m’est offerte pour développer mon potentiel. Les Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) de 2015 demeure également une de mes priorités »,
affirme la numéro 1 de Maurice. Il est à noter que c’est après son obtention de la bourse de perfectionnement à l’étranger offerte par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) en collaboration avec le Trust Fund For Excellence In Sports (TFES) que Shalinee Valaydon a mis  le cap sur l’INSEP.