L’haltérophile mauricienne Shalinee Valaydon s’est retrouvée sur la plus haute marche du podium lors des championnats d’Afrique qui se tiennent à Casablanca au Maroc. Elle a remporté l’or en +75 kg à l’épaulé-jeté avec 113 kg et deux médailles d’argent en soulevant une charge totale de 199 kg et 86 kg à l’arraché. Maurice a également été à l’honneur en 69 kg où Roilya Rasoanaivo a accroché deux médailles de bronze à l’épaulé-jeté (95 kg) pour une charge totale de 166 kg. Elle fut créditée de 71 kg à l’arraché.
Shalinee Valaydon était en action hier, avant-dernier jour des compétitions, tandis que Roilya Rasoanaivo était entrée en scène samedi. Et les deux leveuses qui avaient fait le déplacement en tant que potentielles médaillées ont comblé les attentes, nous dit le président de la Fédération mauricienne d’haltérophilie, Poorun Bhollah. « Les championnats d’Afrique n’étaient pas vraiment notre priorité. Ce sont plutôt les championnats du Commonwealth prévus ce mois-ci en Malaisie. Mais on a trouvé qu’elles étaient prêtes et capables d’être médaillées à cette compétition qui pouvait leur servir de préparation. Et elles ont relevé le défi », s’est-il félicité.
Il ajoute que « ces médailles apportent un nouveau souffle à la nouvelle équipe dirigeante qui se donne corps et âme à la cause des athlètes et à l’organisation des compétitions. Avec l’arrivée du nouvel entraîneur national (Ravi Bhollah), le mood a changé. C’est la relance à la fédération. Avec le temps, les résultats suivront et prouveront la réelle capacité de la fédération. Notre but est d’être prêts pour les Jeux des îles 2015 et on espère cette fois faire mieux que quatre médailles d’or. »
Nommé entraîneur national début octobre, Ravi Bhollah exprime lui aussi sa joie quant aux médailles remportées par les deux leveuses de fonte. « Cela nous réjouit vraiment car cela fait assez longtemps que Maurice n’avait pas récolté l’or aux championnats d’Afrique », avoue-t-il. Il estime toutefois que la moisson aurait pu être meilleure, selon les renseignements qu’il a glanés de son adjoint à la direction technique, Gino Soupparayen. « Shalinee a raté ses deux premiers essais à l’arraché avant de réussir son troisième. Son record se situe à 95 kg et elle avait même réussi 93 kg une semaine avant le départ lors d’une compétition de simulation. À l’épaulé-jeté également, elle a assuré en réalisant 113 kg, qui n’est pas son record personnel vu qu’elle avait soulevé 115 kg avant le départ. Mais l’essentiel a été acquis », explique-t-il.
Idem pour Roilya Rasoanaivo, « qui a mal entamé la compétition à l’arraché, mais elle s’est bien rattrapée à l’épaulé-jeté. » « Comme ça arrive assez fréquemment, et nous l’avions vu aux derniers Jeux des îles à Mahé, nous mettrons en place un encadrement en vue d’aider les athlètes à mieux gérer le stress et la pression lors des compétitions », a indiqué l’entraîneur national.       
Cela fait deux mois environ que le Maroc a annoncé qu’il organiserait ces championnats d’Afrique, nous dit Ravi Bhollah. L’événement devait initialement se tenir au Nigeria. Il a débuté le 28 octobre à Casablanca, soit au lendemain même des mondiaux d’haltérophilie en Pologne. Le Nigeria n’était pas représenté au Maroc, a-t-on indiqué. La compétition au Maroc s’achève aujourd’hui. Le comité technique responsable de l’organisation se réunit aujourd’hui toujours pour établir son rapport final afin de valider les performances qui ont été réalisées et le nombre de pays participants.