Les haltérophiles reprennent normalement l’entraînement aujourd’hui. C’est ce que ces derniers ont décidé à la suite d’une rencontre qu’ils qualifient de positive avec le ministre Devanand Ritoo hier après-midi au centre national d’haltérophilie. Ce dernier leur a donné la garantie qu’il les soutiendrait jusqu’au bout dans leur préparation en dépit de la suspension de reconnaissance de la Fédération mauricienne d’haltérophilie par le ministère de la Jeunesse et des Sports.
Les haltérophiles, menés par Ravi Bhollah, avaient souhaité rencontrer le ministre pour clarifier la situation quant à leur avenir. En répondant à leur appel, Devanand Ritoo a déclaré qu’il a réagi « à un cri du coeur. » « C’est une situation très importante et je tenais à être présent après l’appel lancé à travers les médias. C’est surtout un exercice de communication et de dialogue », s’est exclamé d’entrée Devanand Ritoo. Il a soutenu avoir toujours soutenu les sportifs durant ses cinq années comme ministre, en dépit des circonstances.
« L’intérêt des sportifs a toujours été au centre de mes préoccupations. Même en natation, en dépit d’une situation inconfortable avec la fédération, les nageurs ont toujours été soutenus par la HLSU. Je ne les ai jamais empêchés de participer à des compétions, ni nager. Ils ont continué à bénéficier des conseils d’un DTN et de stages et compétitions à l’étranger. Notre but a toujours été le même au MJS. De même, malgré les difficultés, on n’a jamais dit à l’haltérophile Shalinee Valaydon, qui détient une bourse en France, de rentrer à Maurice. Donc, mon souci majeur est votre bien-être. »
Le ministre a dit être déçu du laxisme des dirigeants de la FMH, d’autant que la discipline est une grosse pourvoyeuse de médailles, soit 45, pour un nombre restreint de licenciés. « Il faut savoir dans quelle direction nous allons. Après l’athlétisme et la natation, l’haltérophilie est la discipline qui nous rapporte le plus de médailles. Donc, il n’y a aucune raison pour que vous soyez découragés. Au contraire, le MJS est prêt à vous offrir davantage de soutien financier. Chaque licencié bénéficiera désormais d’une police d’assurance. Et si vous avez besoin d’un DTN, je suis disposé à faire le nécessaire sur le champ. »
S’agissant de la suspension de la FMH, Devanand Ritoo a déclaré qu’il attendait que les instances appropriées se prononcent sur ce cas. « Mes officiers et l’entraîneur national Gino Souparayen s’occuperont de votre quotidien. » Le ministre a aussi effectué des sorties en des termes à peine voilés contre le président de la FMH, Nundkishore Fakun, en clamant sur un ton ironique que ce dernier « a pu rencontrer le président de la Fédération internationale d’haltérophilie à l’étranger sans être capable de vous rencontrer ici à Vacoas. Rassurez-vous, nous serons là à vos côtés, et moi personnellement . J’aime relever les défis. Légalement, je n’ai aucun droit de m’ingérer dans votre fédération. Mais il est important que vous continuiez à vous entraîner et progresser. »
Davantage de soutien
Devanand Ritoo avait à ses côtés, Soodesh Appadoo, responsable de toutes les structures d’entraînement situées dans l’enceinte du complexe sportif de Vacoas, Preetam Jhummun, Desk Officer de l’haltérophilie au MJS, et Richard Achille, officier assurant la liaison entre la FMH et le MJS.
Ravi Bhollah a remercié le ministre de sa présence et s’est dit désormais rassuré quant à leur avenir. « Les propos du ministre nous redonnent confiance. Il a répondu à nos questions. Nous sommes très satisfaits d’appendre que nous bénéficierons désormais d’une couverture d’assurance après bien des années », a-t-il réagi après cette rencontre. Ravi Bhollah a également émis le souhait de pouvoir bénéficier de l’expertise d’un « vrai technicien de calibre capable de mener des détections. »
Le ministre a rétorqué que « le président de la FMH ne m’a jamais fait une demande en ce sens depuis le temps qu’il m’avait parlé de cela. » Les problèmes liés au transport des haltérophiles seront aussi résolus.
Quant à l’haltérophile Roilya Rasoanaivo, elle a eu la garantie auprès du ministre qu’elle obtiendrait tout ce qu’elle estime indispensable à sa préparation comme soutien financier de la HLSU et suppléments alimentaires. Yaneize Aukauloo et Vikash Prithipaul sont intervenus pour plaider la cause des leurs qui, disent-ils, n’ont rien à avoir dans le conflit qui oppose les membres et dirigeants de la FMH.
Vikash Prithipaul a quant à lui demandé au ministre s’il n’était pas préférable d’établir un caretaker committee, comme ce fut le cas en natation (ndlr : en 2011). Le ministre a répondu qu’il attendra de connaître la réaction de tous les stakeholders avant de prendre une décision.
De son côté, Preetam Jhummun a fait ressortir qu’un calendrier d’activités sera établi en concertation avec Gino Souparayen, le MJS et les haltérophiles. « Du moment que les minima sont respectés, le MJS donnera son aval afin que vous participiez à des compétitions internationales », a lancé Devanand Ritoo à Vikash Prithipaul.