Pas le temps de chômer pour l’Union Sportive de Beau-Bassin-Rose-Hill (USBBRH). À peine couronnée championne de Maurice de handball pour la 17e fois de suite de son histoire le 31 octobre dernier, l’équipe des villes-soeurs se prépare activement pour la Coupe des Clubs de l’océan Indien (CCOI) qui se tiendra du 20 au 27 novembre prochain à Maurice. Idem pour le Curepipe Starlight, qui jouera crânement sa chance.
Motivée, l’USBBRH met les bouchées doubles à l’entraînement.  Les champions 2015 de Maurice en titre veulent atteindre la finale de la CCOI comme ils l’avaient fait en 2012 à Maurice. Sauf que cette fois-ci, ils comptent la gagner. Lors des deux dernières éditions, Beau-Bassin-Rose-Hill avait terminé sur la troisième marche du podium aux Seychelles en 2013 et l’année suivante à Madagascar, elle a malheureusement dû retirer sa participation faute de moyens financiers.
Mais avec la tenue de la CCOI une fois de plus en terre mauricienne, l’entraîneur Thierry Étrange et toute son équipe savent qu’ils ont une belle carte à jouer. D’ailleurs, le coach prépare déjà son effectif pour aller au combat contre les meilleurs clubs de handball de l’océan Indien. « Nous nous entraînons deux fois par semaine. Notre système de jeu est déjà en place mais nous tenons quand même à améliorer notre défense. Nous nous concentrons aussi sur les matches d’entraînement contre l’ASVP, le Plaisance HBC et l’ASPL 2000. Ces rencontres nous aideront à nous aguerrir d’avantage », fait-il ressortir.
L’USBBRH peut également compter sur ses joueurs clés, à l’instar de Jean-Paul Shadrac, élu meilleur jouer de la D1, ou encore Jean-Noël Lagarde, pour faire trembler les filets de leurs adversaires. Le retour de suspension de l’expérimenté David Mallié après plus d’un an est également un plus. « David et moi dirigerons l’équipe depuis le banc mais il se peut que nous fassions notre entrée sur le terrain si jamais c’est nécessaire. Nous sommes déterminés à briller dans cette compétition depuis que nous avons remporté le championnat contre le CSSC 28-25. Mais la concurrence sera rude et le niveau plus élevé que jamais », souligne le coach.
Du côté du Curepipe Starlight, on a également conscience de ce à quoi il faut s’attendre dans ce tournoi. Selon Benoît Souchon, dirigeant du CSSC, organiser la CCOI à Maurice comporte aussi des désavantages, notamment pour les joueurs. « Les championnats nationaux mauriciens de handball étant de niveau amateur, nos handballeurs devront jongler avec les entraînements intensifs, les matches, le travail, les cours, les devoirs familiaux et autres responsabilités, contrairement aux représentants des clubs étrangers. La tâche s’annonce compliquée », prévient-il.   
Cependant, il avance que le CSSC ne viendra pas avec la fleur au fusil. « On s’est bien repris après la finale des play-offs. On s’active à l’entraînement en mettant le volume de travail un peu plus sur l’attaque et les ailes. Notre défense est bien; de plus, nous avons une bonne cohésion dans le groupe, ce qui est tout à fait à notre avantage. Nous ne comptons pas jouer les figurants, nous avons à coeur de donner le meilleur de nous-même, comme nous avons l’habitude de faire. Nous bataillerons pour la victoire », affirme Benoît Souchon.