Les équipes de handball de l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill étaient particulièrement à la fête au cours des finales de la Coupe de la République. La formation masculine avait donné le ton vendredi dernier au gymnase de Phoenix en repoussant le challenge du Curepipe Starlight sur le score de 31-27. Quant aux handballeuses des villes soeurs, elles ont évolué quelques crans au-dessus des Curepipiennes pour s’imposer confortablement (25-13) dimanche. Sur cette lancée, l’USBBRH semble bien partie pour conserver son bien lors des championnats nationaux.
Déjà vainqueur du festival organisé par le comité régional de Curepipe au début de ce mois, l’équipe masculine de l’USBBRH s’est offert son deuxième trophée de la saison. Cette fois, elle n’a pas eu recours aux prolongations pour forcer la décision en sa faveur.
Certes, les deux forces en présence étaient sur le même pied d’égalité à la pause (11-11), mais le Curepipe Starlight devait connaître une certaine baisse de régime au milieu de la seconde période. Jean-Paul Shadrac (meilleur buteur de la rencontre avec neuf réalisations) et ses coéquipiers se détachaient alors irrémédiablement.
Les Curepipiens, avec en première ligne Daniel Yeung Yin et Jean-François Lamarque, auteurs de cinq et quatre buts respectivement, tentaient bien un baroud d’honneur. Cependant, l’écart était trop conséquent et l’USBBRH pouvait maintenir son avance jusqu’au bout.
Chez les dames, l’USBBRH a enregistré une victoire de bout en bout. Face à une équipe du CSSC en reconstruction suite au départ de six titulaires, et qui n’a réalisé son premier but qu’après sept minutes de jeu, Ketty Boudou et ses camarades n’ont jamais été inquiétées dans leur démarche. Avec les Malgaches Hélène et Andréa qui donnaient bien du tournis à la défense adverse, la cause était déjà entendue à la pause, Soit un score de 15-4.
Dans de telles circonstances, le CSSC ne pouvait que limiter les dégâts. Reste que l’écart s’était de nouveau accentué (21-8) à un quart d’heure de la fin. À l’arrivée, Jean-Paul Shadrac, promu au rang d’entraîneur voilà deux semaines, pouvait savourer ce succès. « L’équipe est certes encore jeune, mais les joueuses se sont bien intégrées. Le travail a payé et cette victoire ne peut que servir de motivation pour la suite de la saison ».
Fait intéressant à signaler : le trophée a été remis symboliquement à la Rodriguaise Florinette Cupidon, plâtrée suite à sa blessure subie lors de la demi-finale de cette compétition.
Du côté du CSSC, on s’attendait certes à ce revers du fait que l’équipe se trouve être en reconstruction. Comme le souligne d’ailleurs le responsable du groupe, Jonathan Ramsamy. « Nous avons encore du chemin à parcourir. Nous avons essayé de rivaliser, mais notre adversaire était supérieur ».