Le comité exécutif de l’Association mauricienne de handball (AMH) perd deux de ses lieutenants. Jason Chellen, qui occupait le poste de Public Relations Officer (PRO) et Andy Serviable, qui  était le trésorier  de la fédération, ont soumis leur lettre de démission, avec effet immédiat durant la semaine écoulée. Cela, suite à un courriel venant d’un dirigeant de club, alertant l’AMH du non-respect du Sports Act 2016.
Veut-on semer la zizanie au sein de l’AMH ? En tout cas, c’est ce qui se dit dans le giron. « Certaines personnes veulent constamment nous mettre les bâtons dans les roues par tous les moyens », souligne Ludovic Carré, président de l’AMH. Mais quoi qu’il en soit, les faits rapportés par le dirigeant en question, sont bien réels.  Joueurs et entraîneurs, en occurrence Jason Chellen et Andy Serviable  sont à la fois, activement engagés au sein de leur club respectif et membres du comité directeur de l’AMH, alors que c’est interdit par le Sports Act. « A National Sports Federation shall, in the discharge of its functions and exercise of its powers –ensure that no person actively engaged in politics, coach or athlete sits on its Managing Committee (…)», stipule clairement la clause 6(f).  
C’est pour ainsi permettre à l’AMH d’exercer ses fonctions dans la transparence, que Chellen, coach de l’Association Sportive de Vacoas-Phoenix et serviable, entraîneur/joueur de Plaisance Sports Club ont abandonné leur poste à la fédération. Les deux  préférant se consacrer pleinement à leur équipe.  « C’est une grande perte.  Des personnes comme eux ne courent pas les rues. Jason et Andy sont avant tout, des passionnés du handball. Ils sont dévoués pour le bien de cette discipline. Leur présence au sein du comité  m’était précieuse. Dommage que le Sports Act ne  tient pas en compte la réalité du handball mauricien. Car nous sommes une petite communauté. Les personnes qui ont les compétences d’aider la fédération au niveau exécutif sont très attachées à leur club, voire des piliers », dit-il.
Désormais, ils ne sont plus que neuf dans le comité directeur en attendant la décision de Burty Caramsing, dirigeant de Curepipe Rangers et membre du bureau directeur. Celui emboitera-t-il le pas de ses amis ? La question reste entière. Quoi qu’il en soit, un sacrifice devra être fait. L’AMH bénéficie d’une dérogation du ministère de la Jeunesse et des Sports pour régler la situation. Elle a jusqu’au 31 décembre prochain pour le faire. Malgré ces deux départs, Ludovic Carré affirme que le « travail continu.  Nous avons encore le quorum et c’est primordial. Toutefois, avec la tenue de la Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien la semaine prochaine, palier ces départs n’est pas une urgence. »
L’envie d’aider l’AMH
Revenant sur leur résignation, Jason Chellen et Andy Serviable ont tout deux fait part de leur intention de continuer à aider la fédération, même en tant que simple membre. « Le handball a vécu plusieurs rebondissements cette année. Afin de rendre à cette discipline sa crédibilité. J’avais décidé d’apporter mon humble contribution en me présentant comme membre de la fédération. Après quelques mois, le handball mauricien a retrouvé un peu de souffle et a pu sortir la tête de l’eau. Mais beaucoup de choses restent à faire et les membres actuels s’attèlent tous les jours à cette tâche. Malheureusement, les nouvelles lois mauriciennes ne prennent pas en compte, les réalités de certaines disciplines. Techniciens et dirigeants ne vont pas de pair alors qu’en réalité, elles le peuvent. Puisque nous sommes des bénévoles passionnés qui avons à coeur de tirer  cette discipline vers le haut. Ainsi, même en démissionnant, je continuerais à apporter mon aide au handball mauricien et à l’AMH, à travers mon club en tant que coach de l’AS Vacoas-Phoenix », a déclaré  l’ancien PRO de l’AMH dans un courriel.
Même son de cloche pour l’ancien trésorier. « Je répondrai toujours présent quant on aura besoin de moi. Pour l’instant, la meilleure décision est de rester avec mon équipe pour permettre à la fédération d’être en conformité aux règlements. Ce choix,  je l’ai fait en concertation avec les dirigeants de mon club. Je suis conscient que c’est difficile pour Ludovic, mais la réalité est autre chose. », fait-il ressortir.