Une meilleure prestation était attendue des présélections mauriciennes de handball lors des sorties face aux formations réunionnaises de La Case Cressonnière, samedi dernier au gymnase de Phoenix. Surtout après leur prestation pleine de promesses, jeudi dernier, face aux mêmes adversaires. Toutefois, les Mauriciens n’ont fait illusion que pendant moins d’un quart d’heure avant de retomber dans leurs travers et de se retrouver complètement hors du coup. À six semaines du tournoi qualificatif de la zone 7, un énorme travail reste donc à être effectué.
La présélection féminine, aux commandes jusqu’à la 11e minute (6-5) sera graduellement lâchée pour finalement s’incliner sur le score de 15-30, après avoir concédé quatre buts à la pause (8-12). Du côté masculin, le score était de parité (4-4) à la 12e minute, avant que les Saint-Andréens n’appuient sur l’accélérateur et prennent leurs distances. 13-8 à la mi-temps, 25-13 à l’arrivée, des scores qui ne souffrent d’aucune contestation. Il est vrai que les visiteurs, déjà des références au niveau du handball de l’île soeur, avaient singulièrement haussé leur niveau et qu’ils se sont carrément baladées en seconde période.
Goran Krizmanic, ancien international croate et directeur de Toyota (Mts), qui apporte son soutien aux séances d’entraînement des gardiens de but, a décelé les points faibles dans le camp mauricien. « Les deux présélections ont peiné sur le plan physique. Quant vous ne pouvez pas suivre le rythme physiquement, vous péchez automatiquement au niveau technique et tactique. De ce fait, les Mauriciens n’ont pu rivaliser avec des adversaires beaucoup plus rapides et précis et qui réalisaient d’excellentes combinaisons. Néanmoins, nos deux présélections ne peuvent qu’apprendre et s’améliorer au cours de telles sorties ».
Au sein de la présélection féminine, Anita Grapinet, blessée à la main, n’a pu s’exprimer à son meilleur niveau, tandis que l’expatriée Stephania Sheikmeera, qui évolue à la Jeunesse Sportive Bénédictine (Réunion) et la Malgache Jacqueline Rasoarivelo étaient sollicitées. Chez les hommes, un autre expatrié, à savoir Damien Lauret (ASHB Tamponnais), était titularisé dans les buts suite à la blessure de Jonathan Ramsamy jeudi dernier.
Manque de condition physique, manque de précision et de finition : les présélections mauriciennes sont donc retombées dans leurs travers. Qui plus est, elles avaient en face d’elles des gardiens de but auteurs de sorties remarquables.
Le responsable technique, Pascal Filleul, demeure plus que jamais conscient de ces manquements et compte au plus vite rectifier le tir. « Du côté masculin, l’efficacité nous a définitivement fait défaut, surtout sur les ailes, mais nous n’avons pas été réellement mauvais en défense. Il faudra également pouvoir se maîtriser, malgré la tension. Ce gros problème de finition demeure inquiétant ».
Son constat est beaucoup plus critique du côté de la présélection féminine. « Les joueuses ont livré un non-match. Elles peuvent perdre certes, mais avec la manière. Manque de collectif et de fraîcheur physique, imprécision, passes approximatives : tout cela pousse à une grosse remise en question afin d’obtenir des ambitions raisonnables ».
Cette rencontre féminine a été marquée par les sept buts de Pauline Payet, alors que Cindy Ji s’est démarquée dans le camp mauricien avec quatre buts. Du côté masculin, Yannick Grondin s’est signalé avec huit réalisations, tandis que Pascal Yeung Yin et Jean-François Lamarque ont été les meilleurs buteurs chez les locaux en trouvant le chemin des filets à trois reprises chacun.