Gérard Jules ne compte pas lâcher prise. L’entraîneur du Plaisance BBRH Handball Club, toujours pas satisfait du recrutement de deux Malgaches au sein de l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill à la veille de la demi-finale de l’AMH Cup, compte cette fois alerter la Confédération africaine de handball (CAHB). Il maintient haut et fort que les critères de recrutement des soeurs Rasoanirina (Karina et Andrea) n’ont pas été respectés.
« Je ne compte pas rester les bras croisés car je considère cette situation injuste », avance d’emblée Gérard Jules. Selon l’entraîneur de la formation de Plaisance, ces deux joueuses ne peuvent être considérées comme libres. Il se réfère ainsi au site allafrica.com où mention est faite que les deux joueuses ont évolué dans un premier temps à l’AS Tsiky Majunga, puis à l’AS Saint-Michel. Selon le site, elles devaient à partir du 22 novembre dernier effectuer un stage de vingt jours à l’USBBRH et devaient évoluer comme semi-pros avec l’équipe mauricienne si le test s’avérait probant.
Si Daniel Gérard, président de l’Association mauricienne de handball (AMH), maintient qu’il s’est basé sur des documents transmis par la Fédération malgache de handball pour donner l’autorisation à ces deux joueuses d’évoluer, il n’en demeure pas moins qu’un confrère malgache nous a confirmé que les soeurs Rasoanirina étaient en action au sein de la formation de Saint-Michel cette saison. Cette formation s’était inclinée en finale du championnat face au 3FB en octobre dernier. Une joueuse peut-elle évoluer dans deux championnats différents en l’espace de quelques semaines ? Quoi qu’il en soit, Daniel Gérard plaide sa bonne foi. « La fédération malgache m’a certifié que le club a été dissous et que les deux joueuses peuvent ainsi être considérées comme libres. Nous ne sommes fautifs en aucune façon. Mais nous réétudierons ce problème au cours d’une prochaine réunion de notre comité directeur et nous nous mettrons de nouveau en contact avec la fédération malgache. »
Gérard Jules soutient qu’il se bat également pour le Curepipe Starlight. Pour rappel, cette formation s’était inclinée face à l’USBBRH en finale de l’AMH Cup dimanche dernier. « Il y a eu trop de laisser-aller dans cette affaire et un précédent a été créé. Le président de l’AMH a refusé de me soumettre la lettre de la fédération malgache et, aujourd’hui, je n’ai d’autre alternative que d’alerter la CAHB », déclare-t-il.
Du côté de l’USBBRH, on affirme que tout a été accompli dans les règles dans le cadre de ces recrutements. « Ces deux joueuses étaient en contact avec nous depuis un certain temps déjà et le projet de les recruter avec été envisagé depuis le début de cette saison. Tout a été fait dans la légalité et la présence de ces deux joueuses a permis de rehausser le niveau du groupe et de nous préparer en vue de la Coupe des clubs de l’océan Indien prévue à Maurice l’année prochaine », avance Philippe Boudou, président de l’équipe.
Il se réfère dans ce contexte à Tillo Andriamahinosy, joueur malgache qui avait défendu les couleurs de l’USBBRH au cours des années 1990 et soutient que les deux joueuses possèdent un permis de travail avec mention « handball players ». Pour rappel, le BBRH Plaisance HBC s’était incliné en demi-finales de l’AMH Cup face à l’USBBRH et les deux Malgaches avaient inscrit 24 des 32 buts de cette dernière formation. Gérard Jules avait alors logé une protestation sur la feuille de match.