La sélection féminine de handball de Maurice a perdu la demi-finale qui l’opposait à Mayotte, hier au gymnase Daniel-Narcisse. Une défaite amère, au terme d’un match qui aurait pu et aurait dû se terminer autrement pour les protégées d’Yvan Herbu et Dominique Filleul, qui ratent là l’occasion d’écrire une première belle page de leur histoire.
« Je suis très déçu. Nous avions tout planifié, tout mis en place, pour finalement se retrouver à jouer la troisième place », lâche le conseiller technique Dominique Filleul.
Pourtant, ç’aurait dû être le match des Mauriciennes. « En revoyant bien, nous avions pu isoler leur meilleure joueuse. D’habitude, elle est à 10-12 points. Là, elle a à peine marqué deux points ».
Mais comment la belle machinerie s’est-elle enrayée ? « Impossible à expliquer. Elles ont été incapables de monter leur niveau ». Pourtant, les Mauriciennes, emmenées par Sherone Raboud-Amoordon, ont bouclé la première mi-temps avec un point de retard (9-8). Mais la deuxième mi-temps sera mahoraise. Les Mauriciennes n’inquiéteront leurs adversaires que provisoirement.
Alors que les Mahoraises mènent 19-15, l’édifice mauricien s’écroule. Rien ne fonctionne. L’attaque est en panne. L’avance des Mahoraises va grandissant. Maurice, par contre, ne parvient pas à prendre à défaut une défense bien regroupée autour de sa gardienne. « Oui, nous pouvons nourrir des regrets. Cindy Ji n’était pas à son niveau, nous ratons nos passes et dans les dernières minutes, nous lâchons tout », déplore Dominique Filleul. « Nous avons joué trop précipitamment. Ce match était vraiment à notre portée ».
Mais le groupe pourra éventuellement se rattraper avec le match de classement, contre Madagascar, qui a perdu sa rencontre face aux Réunionnaises. « Concrètement, le handball mauricien est à sa place. Les filles s’en sortent plutôt bien, les garçons ne sont pas arrivés à se transcender ».
Dominique Filleul dresse également un bilan de la campagne mauricienne. Une campagne désastreuse pour les garçons qui, estime-t-il, auraient pu prétendre à un podium. « C’est la génération dorée du handball mauricien. Malheureusement, elle n’a jamais rien gagné ». Mais des observateurs avisés avaient depuis très longtemps prévu un tel scénario catastrophique, malgré la confiance qu’affichaient certains avant la compétition.
Les finales de handball mettront aux prises les Réunionnais aux Mahorais, dans les deux catégories. Une situation inédite pour le hand, avec La Réunion en favorite et Mayotte en challenger. Maurice devrait assister à la rencontre des gradins.
L’heure de la remise en question a d’ores et déjà sonné pour les sélections mauriciennes.