Les équipes réunionnaises se sont de nouveau retrouvées aux premières loges au cours de la Coupe des clubs de l’Océan Indien de handball. Une édition 2011 qui s’est achevée samedi dernier à Mayotte, sans la présence des équipes mauriciennes et seychelloises. Ces dernières n’ayant pu effectuer le déplacement pour des raisons financières. Cette compétition a finalement favorisé les desseins de La Cressonnière du côté masculin et du Tampon chez les dames.
Toutefois, La Cressonnière, qui était en tournée à Maurice au début de cette année, n’a pas eu les coudées franches pour asseoir sa supériorité. Devant leur public, les Mahorais de Tsingoni se sont surpassés en réalisant un sans-faute au cours d’une phase qualificative qui comprenait cinq équipes. Et ce, en disposant de La Cressonnière (31-29), de leurs compatriotes de Tchanga HBC (40-25), des Malgaches de Tsarahofana et des Comoriens de Liberté Mbe (50-25). Toutefois, les handballeurs de l’île soeur retrouvaient leurs automatismes au cours de la finale en faisant la différence par quatre buts (27-23).
La troisième place revenait à Tchanga HBC vainqueur à l’arraché de l’AS Tsarahofana (35-31). D’ailleurs, les deux forces en présence étaient à égalité (30-30) à deux minutes de la fin. «Cette compétition masculine s’est révélée de bonne facture. Nous avons assisté à un certain nivellement, dans le sens qu’une équipe mahoraise a disposé pour la première fois d’une équipe réunionnaise. Cependant, La Cressonnière a su retrouver son efficacité en finale», souligne Elvis Bonne, président de l’Association de handball de l’Océan Indien (AHBOI). Il est à noter que lors de la rencontre de poule entre Tsingoni et La Cressonnière, trois joueurs de cette dernière formation ont écopé d’un carton rouge. Karil Kalicharane étant même suspendu deux rencontres.
Du côté féminin, les joueuses du Tampon ont évolué quelques crans au-dessus de leurs sujets, comme en témoigne ce large succès en finale (33-12) aux dépens des Mahoraises de Combani HBC. Le mérite des Tamponnasses est d’autant plus grand, qu’elles n’ont évolué qu’avec un effectif de dix joueuses. Il est à noter que six équipes étaient en action dans cette compétition, suite au forfait de dernière minute des Malgaches de 3FB. Quoiqu’il en soit, Elvis Bonne se dit satisfait de l’organisation de cette échéance. «Mayotte a de nouveau su relever le défi après cinq ans. Elle a mis les moyens pour parvenir à ses fins. D’ailleurs, la compétition s’est déroulée dans une belle ambiance».
Il est à noter que cette compétition était agrémentée d’un stage pour arbitres mahorais dirigé par Joel Gérard, délégué de la fédération française de handball. Les projecteurs sont maintenant braqués sur la prochaine édition prévue à Maurice en novembre de l’année prochaine. Dans cette optique, une première réunion au niveau de l’AHBOI est prévue au cours des premiers mois de l’année prochaine.