La sélection féminine qui participera au Challenge Trophy à Madagascar du 8 au 15 avril, s’applique dans sa préparation. C’est ce que Week-End a pu constater en assistant à l’une de leurs séances d’entraînement mercredi dernier au gymnase de Phoenix. Les joueuses quoique très inexpérimentées, sont très attentives aux consignes de leur entraîneur, Sanjay Dabydin.
« Plusieurs des sélectionnées n’évoluent pas dans un club et n’ont joué au handball qu’au collège. Donc, elles suivent un entraînement un peu moins dur qui est adapté à leur niveau. Avec celles qui ont déjà de l’expérience ayant évolué en club, je mets en place des combinaisons de jeu qu’elles arrivent à assimiler. Au poste d’arrière gauche, il y a la Rodriguais Liliana Perrine et Christina Lafrance. Vu qu’elles jouent depuis un certain moment, j’ai la possibilité de les faire évoluer à d’autres postes, comme celui d’arrière droit ou de demi-centre », indique Sanjay Dabydin.
L’entraîneur reconnaît que ses protégées sont physiquement fragiles. « Nous devons préparer l’équipe dans une période de temps limité et nous sommes donc forcés de zapper certaines étapes. Par exemple, les filles n’auront pas le temps de beaucoup se renforcer physiquement. Ce qui est positif, par contre, c’est que les filles sont régulières aux entraînements et il existe chez elles une envie de bien faire. Les premières semaines ont été difficiles mais elles apprennent vite », dit-il.
Sanjay Dabydin fait toutefois ressortir que ses protégées n’iront pas à Madagascar avec un esprit défaitiste. « Nous ne prétendrons pas aller à Madagascar pour remporter la victoire mais nous allons jouer notre jeu. Les filles vont disputer crânement leurs chances. Les Malgaches seront à domicile et difficiles à battre. Je connais aussi le niveau des Seychelles et des Comores et nous allons leur préparer une petite surprise. Nous visons définitivement une place sur le podium », dira sans détour, Sanjay Dabydin.
Pour celui-ci, l’expérience que les filles connaîtront sera positive à plus d’un titre dans l’optique des 9es Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) prévus en 2015 à La Réunion. « Nous ferons le nécessaire pour que les filles intègrent un club après leur retour de Madagascar afin de poursuivre leur progression », ajoute Sanjay Dabydin.
Le président de l’Association mauricienne de Handball (AMH), Daniel Gérard, qui assiste à toutes les séances d’entraînement en vue du Challenge Trophy, a tenu à saluer la patience dont a fait preuve Sanjay Dabydin. « Sanjay a eu tout à refaire quand l’International Handball Federation (IHF) a écrit pour dire que ce sont les filles nées en 1993 et après qui étaient concernées et pas celles nées en 1992 et après. Je le salue pour la patience dont il a fait preuve pour apprendre les bases aux joueuses », indique-t-il. Et d’ajouter que le Challenge Trophy est d’abord un rassemblement de jeunes et un moyen pour ces filles d’acquérir de l’expérience. « A Madagascar, elles auront l’opportunité de découvrir le hand des autres îles et elles devront en tirer profit pour ensuite élever leur niveau de jeu. A leur retour, il faudra continuer à les encadrer. D’ailleurs, celles qui n’évoluent pas encore dans des clubs intègreront l’Union Sportive de Trou aux Biches, formation nouvellement mis sur pied », observe le président de l’AMH.
Parlant de la présélection masculine, Daniel Gérard, dira qu’elle possède une certaine qualité mais souffre aussi de nombreux manquements. « Au sein de la présélection, il y a des manquements au niveau collectif, de la technique et même au niveau psychologique. Madagascar sera l’équipe à battre et possède en son sein des joueurs aguerris évoluant dans des clubs depuis un certain temps. Mais nos représentants iront dans la Grande île pour apprendre », conclut Daniel Gérard. Celui-ci dirigera la délégation et assistera à l’assemblée générale élective de la zone 7 qui se tiendra pendant la compétition.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Un centre de formation bientôt mis sur pied
Le président de l’Association mauricienne de Handball (AMH), Daniel Gérard, a indiqué que dès son retour de Madagascar après le Challenge Trophy de la zone 7, il s’attellera avec le soutien des membres de son comité, à la mise en place d’un centre de formation. Pour rappel, le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) accorde une somme de Rs 300,000 pour que les fédérations une telle structure. « Le MJS accorde Rs 300,000 pour mettre en place un centre de formation. Dès notre retour au pays après le Challenge Trophy, le comité réfléchira sur une formule pour concrétiser ce projet. Il est un fait que nous avons besoin d’un centre de formation parce que dans le passé, les joueurs qui y faisaient un séjour en sortaient avec un bon niveau. C’est une chose qui fait défaut actuellement », indique Daniel Gérard.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Republic Cup, 1/2 finales masculines, ce matin
Avantage à l’USBBRH et au CSSC

Les demi-finales masculines de la Republic Cup se dérouleront ce matin au gymnase de Phoenix. Deux affiches qui s’annoncent disputées et intéressantes à suivre. On verra d’abord en opposition l’Association Sportive Vacoas/Phoenix (ASVP) et le Curepipe Starlight Sports Club (CSSC) à partir de 9 heures, et ensuite le duel entre Curepipe Versailles et l’Union sportive Beau-Bassin/Rose-Hill (USBBRH) à à 10h30.
La première demi-finale entre les Vacoassiens et le Starlight sera, à n’en point douter, serrée. Car même si l’ASVP ont perdu quelques éléments de valeur dernièrement, ils ont toujours fait montre d’une grande combativité sur le terrain, surtout dans des matches à enjeu comme celui de ce matin.
Lors de leur entrée en matière dans cette Republic Cup, les Vacoassiens ont battu Roches Brunes Wolf sur le score de 22 à 14 sans trembler. Cette victoire a certainement dû leur donner confiance. Mais l’ASVP doit bien être consciente qu’en face, le CSSC ne sera pas facile à contrer. L’équipe entraînée par Dominique Filleul possède en son sein des joueurs très talentueux et efficaces, à l’image de Pascal Yeung Yin In, Fabrice Mardaymootoo, Ashley Otakasenah entre autres.
On peut s’avancer à dire que le Starlight possède un petit avantage sur l’ASVP sur papier mais sur le terrain, les choses pourraient bien être autres.
Dans la seconde demi-finale, par contre, le favori est clairement l’USBBRH. Les multiples champions de Maurice sont plus expérimentés que leur adversaire du jour, le Curepipe Versailles. Même si l’équipe menée par Cédric Bonne a accompli beaucoup de progrès depuis sa création en 2007, force est de constater qu’elle n’a pas encore le métier des Unionistes. La formation Versailles a connu une entrée en matière difficile dans cette compétition. En effet, elle a été malmenée par la modeste équipe de Curepipe Blue Star et n’a fait la différence que dans les dernières minutes pour obtenir sa qualification pour les demi-finales.
Gageons qu’avec cette rencontre dans les jambes, Versailles sera plus à même de développer un meilleur handball.
L’USBBRH, de son côté, n’a pas non plus était si souverain que cela face au BBRH Plaisance HBC. Cette dernière formation ne s’est inclinée que de quatre petits buts (17-21). Plaisance est, toutefois, une équipe plus difficile à manier que Versailles. L’USBBRH voudra se mettre à l’abri de toute mauvaise surprise et débutera la rencontre tambour battant. Versailles devra tout faire pour résister. Notons que la finale sera disputée dimanche prochain au gymnase de Phoenix à 11h.
Par ailleurs, en féminin, le second qualifié pour la finale est l’USBBRH. L’équipe des villes soeurs n’a pas fait de détail face à Cercle de Joachim, l’emportant sur le score de 38 à 9, hier et a gagné le droit d’affronter BBRH Plaisance HBC, dimanche prochain à 9h30. Une joute qui s’annonce indécise!