Les sélections mauriciennes qui quittent aujourd’hui Maurice à destination de Madagascar pour disputer le Challenge Trophy de la zone 7, ne s’y présenteront pas en victimes expiatoires. Et ce même si les adversaires que sont le pays hôte, les Seychelles et les Comores représenteront autant d’écueils sur leur chemin. Même si la préparation n’a pas été aussi longue qu’ils l’auraient voulu, Burty Caramsing, coach des garçons et Sanjay Dabydin, coach des filles, s’attendent à ce que leurs protégés réalisent une bonne performance à cette compétition.
Les deux sélections n’auront, pour ainsi dire, pas le temps de souffler une fois à Madagascar. Après leur descente d’avion aujourd’hui, les joueurs n’auront que quelques heures pour s’acclimater. Et dès demain, ils entreront dans le vif du sujet. Les filles seront les premières à entrer en scène. Karen Boudou et ses camarades croiseront le fer avec les Comoriennes à 14h, alors que les garçons seront en action face aux Seychelles à 18h.
« Notre objectif est de gagner notre premier match face aux Seychelles. A partir de là, ce sera plus simple pour nous de gérer et on pourra même faire tourner l’équipe pour garder du jus en vue des autres jours de compétition. Nous prendrons les matches les uns après les autres », confie Burty Caramsing. Celui-ci qui est assisté de Cédric Kistohurry, est satisfait de ce que ses joueurs ont montré lors de la préparation. « Il est encourageant que nous ayons gagné notre match de préparation disputé contre l’Association sportive de Vacoas/Phoenix (ASVP) mardi dernier. Pour le moral des joueurs, c’est positif », ajoute Caramsing.
Le coach laisse entendre, toutefois, qu’il a une crainte. « Ma principale crainte est que nous ne connaissons pas le niveau des autres équipes. Nous sommes conscients de notre retard dans la formation des jeunes. Dans les autres îles, il y a un suivi qui a été effectué. Selon moi, les Seychelles ont bien progressé, alors que Madagascar reste notre principal adversaire dans la zone », analyse Burty Caramsing.
Malgré tout, celui-ci garde confiance dans son groupe qu’il sait soudé. « Nous n’allons pas à Madagascar pour faire de la figuration », confie-t-il.
Le deuxième match de la sélection masculine sera celui contre Madagascar mardi. Une joute qui s’annonce dure, d’autant que les Malgaches évolueront devant un public tout acquis à sa cause. Maurice terminera la phase préliminaire avec son duel face aux Comores, mercredi.
Jeudi, place aus demi-finales croisées. L’équipe ayant terminé à la première place sera opposée à celle ayant fini quatrième alors que le deuxième affrontera le troisième.
Les Malgaches bien préparés
Chez les filles, les choses vont sans doute être plus compliquées. Car la plupart d’entre les sélectionnées n’ont jamais évolué au sein d’un club. Elles ont, toutefois, bien progressé sous la férule de Sanjay Dabydin ces dernières semaines. « Les joueuses ont bien assimilé les consignes et les combinaisons que j’ai mises en place. Karen (Boudou), la capitaine de l’équipe est la plus expérimentée et sera comme une grande soeur pour ses coéquipières qui vont découvrir ce qu’est le haut niveau. Pour la petite histoire, Karen avait souffert d’une triple fracture au bras il y a deux ans et est revenue jouer par la suite. Elle est donc un exemple à suivre pour les autres. Karen a du vécu, de l’expérience ayant notamment disputé la Coupe des clubs de l’océan Indien (CCOI) et elle prodiguera de précieux conseils à ses coéquipières », explique Sanjay Dabydin. Sinon, l’entraîneur a pu récupérer Céline Cangy qui était blessée à la cheville. Il s’est aussi réjoui du succès obtenu par ses protégées face à l’Union sportive de Beau-Bassin/Rose-Hill (USBBRH) sur le score de 24 à 16, mardi dernier. L’entraîneur comptera beaucoup sur les deux Rodriguaises, Liliana Perrine et Florinette Cupidon, ainsi que la vice-capitaine, Laetitia Lejeune. Sanjay Dabydin craint, toutefois, l’enchaînement des matches sur une semaine. Car après le match inaugural contre les Comores lundi, les Mauriciennes seront face à Madagascar mardi, puis affronteront les Seychelles mercredi, avant de se retrouver en demi-finale jeudi et jouer soit la finale ou le match pour la troisième place vendredi. « La grande question est est-ce qu’elles pourront tenir physiquement cette succession de matches disputés ? », s’interroge Sanjay Dabydin.
Quoi qu’il en soit, c’est une expérience à vivre pour nos jeunes handballeurs qui n’en sortiront que grandis.
Notons que du côté des sélections malgaches, elles ont eu deux regroupements. Le premier a eu lieu du 15 au 22 février et le second s’est tenu pendant la quinzaine précédant le tournoi au Palais des Sports de Mahamasina. Du côté des Comores, on ne vise ni plus ni moins que la médaille d’or. Les entraînements physiques ont été assurés par Fundi Mwato et Fundi Lagou alors que le volet de technique a été placé sous la férule du coach Abou Nourdine.
Les Seychellois, pour leur part, aspire à arriver en finale. C’est ce qu’a affirmé le président de la Fédération seychelloise de handball, Norbert Dogley, à notre confrère Sports Nation. « Nous voulons faire bonne figure et notre objectif est d’atteindre les deux finales. Nous nous sommes très bien préparés pour ce tournoi et je suis confiant que les joueurs ont les qualités nécessaires pour relever le défi », a ainsi confié Norbert Dogley qui est aussi le chef de la délégation.
Précisons qu’à l’issue de cette phase de zone, l’équipe championne sera qualifiée pour l’International Handball Federation (IHF) Trophy Africa qui engagera la formation championne de chaque zone. Et après cette étape continentale, la meilleure disputera l’ultime phase, dite intercontinentale à laquelle participera l’équipe championne de chaque continent.