La participation moyenne à la dernière édition de la Coupe des clubs de l’océan Indien de handball demeure préoccupante pour Daniel Gérard. Président de l’Association de handball de l’océan Indien (AHBOI) et de l’Association mauricienne de handball (AMH), il digère mal le fait que rien que les équipes seychelloises, réunionnaises et mauriciennes étaient en action lors de cette compétition tenue à la fin du mois dernier aux Seychelles. Il s’attend ainsi à une bien meilleure participation et à une compétition nettement plus musclée à Madagascar lors de la prochaine édition.
Rien que quatre équipes de l’archipel, quatre de l’île de la Réunion et la formation masculine de l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill briguaient donc les lauriers lors de cette dernière édition. «Les frais de déplacement étaient trop élevés. Par exemple, les équipes de Mayotte devaient transiter soit par Nairobi, soit par Réunion et Maurice avant de rejoindre les Seychelles. Cela leur aurait coûté 800 euros (plus de Rs 30 000) par personne. Les équipes comoriennes ont également été confrontées à ce problème financier, tout comme l’équipe féminine de l’USBBRH. De son côté, l’équipe malgache de Tana Handball Club n’a pas eu l’occasion de venir défendre son titre», déplore Daniel Gérard.
Comment remédier à ce problème?? À cela, le président de l’AHBOI explique avoir eu des discussions avec Norbert Dogley et Fidèle Razatintsalama, respectivement présidents des fédérations seychelloise et malgache pour situer les problèmes et envisager les facilités à mettfre à la disposition des différentes délégations. La réunion de l’AHBOI prévue à Madagascar en février de l’année prochaine permettra, à son avis, de voir plus clair. Mais déjà, Daniel Gérard se veut plus confiant. «Les frais de déplacement vers Madagascar sont moins élevés et je m’attends à ce que toutes les îles répondent à l’appel. Avec la tenue des Jeux des îles quelques mois plus tard, ce sera un test en vue de cet événement», avance-t-il. Revenant sur la dernière édition, le président de l’AMH demeure persuadé que l’USBBRH aurait logiquement du parvenir en finale. «Cette équipe a été prise au piège avec de mauvais calculs. J’espère que cette expérience fera réfléchir les dirigeants et joueurs».
Par ailleurs, les présélectionnés des prochains Jeux des îles étaient réunis, samedi dernier au gymnase de Phoenix. L’occasion de présenter le programme de préparation et les objectifs visés. Si la plupart des joueurs retenus avaient répondu à l’appel, les entraîneurs nationaux comptent également inclure des joueurs venant de Rodrigues dans les présélections. Dans ce contexte, une délégation comprenant le conseiller technique, Dominique Filleul, l’entraîneur de la sélection féminine, Burty Caramsing, et Daniel Gérard, compte mettre le cap sur Rodrigues en janvier prochain, alors que deux équipes de Rodrigues sont attendues à Maurice au cours de ce même mois. En attendant, le président de l’AMH situe les enjeux. «Nous voulons présenter les meilleures équipes possibles aux JIOI. Donc, les meilleurs seront sélectionnés et aucun parti-pris ne sera envisagé. Un dossier sera établi pour chaque présélectionné afin que personne ne puisse nous pointer du doigt par la suite. Tout sera effectué dans la transparence».