La préparation vire au cauchemar pour la sélection féminine de handball. Opposée à trois reprises face à l’As St-Gilles au gymnase de Phoenix, les Mauriciennes ont enregistré trois défaites consécutives 33-29, 27-22 et 28-24 en l’espace de cinq jours. Les Réunionnaises ont été impitoyables. À quelques semaines des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) qui se tiendront à la Réunion du 1er au 9 aout prochain, Maurice doit revoir sa copie.
Les handballeuses de Maurice n’ont pas fait le poids face à celles de l’île soeur. Pourtant, lors de ces trois rencontres, les filles avaient fait bonnes impression. Notamment dans les premières mi-temps, où elles étaient en mesure de faire jeu égal avec les Réunionnaises 13-12, 16-15 et 16-14 respectivement. Elles n’étaient qu’à un ou deux points de l’égalisation. Cependant, avec la fatigue, les deuxièmes mi-temps, ont été une autre paire de manche pour les Mauriciennes.
Bien qu’elles ont répondu présentes physiquement et collectivement, leur maladresse devant les buts adverses leur a coûté cher. Cela, malgré les belles performances de Liliana Perrine et de Cindy Ji entre autres. Ces dernières se sont distinguées tout au long de ses confrontations amicales. «Si nous n’avions pas raté 50% de nos occasions, le résultat aurait été différent. Mais St-Gilles était meilleur que nous sur tous les fronts », reconnait Dominique Filleul, le Directeur technique national (DTN).
«Malgré tous les efforts déployés, nous n’avons rien pu faire. Nous devons maintenant tirer des leçons de ces trois revers. Points positifs, les filles se sont bien défendues. Elles ont également fait d’énormes progrès. Notamment en termes d’esprit d’équipe. Nous avons également élevé notre niveau, ce qui est très encourageant. Mais la finition est un aspect de notre jeu qui doit définitivement être travaillé avant de mettre le cap sur La Réunion pour le grand-rendez-vous », poursuit notre interlocuteur.
Ces test matchs, permettront ainsi au DTN, d’apporter les derniers réglages à son équipe.Mieux encore, ils vont permettre de trouver la formule gagnante pour redynamiser le groupe. Une chose qui doit être fait au plus vite, puisque les jours sont comptés et la sélection réunionnaise à dans ses rangs, deux pensionnaires de cette équipe St-Gilloise à savoir Léa Nanicaoudin et Laëtitia Brunet. Ces dernières affichent déjà leurs ambitions. D’ailleurs, Dominique Filleul ne leur tarit pas d’éloges, elles qui auront des quo-équipières de choix en sélection.
« Indéniablement, elles évoluent à un autre niveau. Avec les autres membres de leur équipe, elles sont les favorites pour décrocher le métal précieux. Les Réunionnaises seront intouchables aux JIOI. De notre côté, d’écorcher la médaille de bronze est l’objectif que nous nous sommes fixées. Mais nous essaierons quand même d’atteindre la finale. Je m’attends à une bonne prestation dans les jours qui suivent », avait-il fait ressortir avant d’affronter la sélection féminine de Mayotte vendredi dernier au gymnase de Phoenix.