Commentant les conditions d’emploi et le salaire des employés des ONG s’occupant de l’éducation des enfants handicapés, la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) trouve nécessaire que l’éducation de ces derniers soit régie par une structure étatique. Pour elle, c’est l’unique moyen pour que les employés de ce secteur bénéficient de bonnes facilités salariales.
Dans le cadre d’une révision des salaires et conditions de travail des employés des ONG travaillant pour le bien-être des enfants handicapés, la CTSP exige d’abord un Remuneration Order (RO) Cette demande visera à régulariser à court terme le salaire de plus de 700 personnes. Elle soutient toutefois que la prise en charge des enfants handicapés ainsi que leur éducation doivent être assurés par l’État. « L’éducation des enfants handicapés doit être chapeautée par une structure étatique. C’est l’unique moyen pour que les conditions de travail et les salaires des employés des ONG s’améliorent », ont soutenu ce matin Jane Ragoo et Reeaz Chuttoo, respectivement présidente et secrétaire de la CTSP, lors d’un point de presse à Port-Louis. « Ceux qui s’occupent des enfants handicapés devraient toucher un salaire défini par le Pay Research Bureau (PRB) », disent-ils.
Le CTSP est revenu sur ses initiatives afin de défendre le droit des travailleurs des ONG. « Fer plis ki de zan ki nou finn depoz devan National Remuneration Board (NRB) pou enn pre-primary RO », souligne Jane Ragoo. Mais le manque de personnel au sein du NRB, dit-elle, fait que la demande n’a toujours pas été entretenue. « Zot deza pe get 10 RO. Ek seki nou nou pe demande se enn nouvo RO. Donk li pran plis letan ». La CTSP a également parlé des réunions avec les responsables des ONG en ce sens. « Kan nou finn koz kondision travay ek saler bann anploye, bann-la finn fer nou konpran ki minis Ledikasion Vasant Bunwaree pe blok funds ». Rappelant avoir sollicité une rencontre avec le ministre de l’Éducation à ce sujet, les syndicalistes affirment n’avoir reçu qu’un accusé de réception. La CTSP déplore en outre que les employés des ONG n’aient pas été conviés à la réunion entre les responsables de ces organisations et le ministre de l’Éducation.  « Si pa ekout travayer kouma pou trouv solision », s’interroge Reeaz Chuttoo. Pour la CTSP, les employés des ONG méritent le même traitement que ceux du gouvernement. Jane Ragoo soutient que la majorité des employés qui s’occupent des enfants handicapés touchent moins de Rs 6 000 dans le meilleur des cas. Évoquant des chiffres liés au travail précaire, elle rappelle qu’une grande partie des 100 000 travailleurs mauriciens qui ne perçoivent pas de salaire décent sont des femmes. « L’unique qualification qu’elles ont est qu’elles ont à coeur leur emploi », a-t-elle conclu.