Intervenant hier au siège de la Mauritius Employers Federation, à Ebène, lors d’une cérémonie de remise de trophées à des étudiants handicapés des secteurs secondaire, tertiaire et technique, la ministre de la Sécurité sociale, Sheila Bappoo, a annoncé des amendements au Training and Employment of Disabled Persons Board, arguant qu’elle est « loin d’être satisfaite » par rapport au recrutement des handicapés dans les corps parapublics.
« Mon ministère vient de finaliser, avec le bureau de l’Attorney General, les amendements à la loi – la Training and Employment of Disabled Persons Board (TEDPB) Act — en rapport au recrutement des handicapés, dont je suis loin d’être satisfaite s’agissant des corps parapublics », a lancé la ministre de la Sécurité sociale.
Sheila Bappoo a argué  qu’une évolution accélérée dans le domaine du recrutement des handicapés en fonction de la demande est toujours possible. « Encore faut-il définir les repères juridiques et administratifs qui peuvent répondre à la fois à la réalité de l’heure et à la vision du gouvernement dans la perspective du développement inclusif des handicapés », a souligné la ministre.
Lors de cette cérémonie, des trophées ont été remis à six jeunes handicapés qui ont réussi leurs études tertiaires et techniques, et à dix-huit autres qui ont brillé au niveau secondaire — dix aux examens du Higher School Certificate (HSC) et huit au School Certificate (SC). « Ils ont ainsi démontré qu’être handicapé n’est pas une fatalité en soi et que l’on peut surmonter son handicap si l’on vous donne l’encadrement, le soutien, la formation ainsi qu’une bonne protection à travers des allocations sociales et des pensions, le remboursement des frais de transport et des facilités de loisirs ».
Sheila Bappoo a rappelé que son ministère a pris l’engagement de soutenir ces jeunes handicapés, surtout ceux du tertiaire, en les canalisant vers un emploi. C’est ainsi, a-t-elle poursuivi, que depuis août 2005, plus de 400 jeunes handicapés ont pu trouver un emploi dans des corps para-étatiques et dans le secteur privé. « Cela découle du programme de formation entrepris conjointement par la Disability Unit de mon ministère, en partenariat avec la Mauritius Employers Federation (MEF), dans lequel on trouve une parfaite synergie pour faciliter l’intégration des handicapés dans le monde du travail ».
La ministre a également rappelé que les handicapés sont des citoyens à part entière et qu’ils ont les mêmes droits que quiconque, notamment, le droit à la dignité, à l’égalité de traitement, à l’autonomie et à la pleine participation dans la société. « Le handicap est une question de droits et non un problème laissé à la discrétion des États. Cette démarche se retrouve au coeur de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées ».
Le président du TEDPB Ramesh Gopee a rappelé pour sa part que la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, que Maurice a signée en 2010, a trait, elle, à la formation et à l’éducation en vue de leur employabilité. « Quinze ans avant la signature de cette Convention par Maurice, l’État mauricien a eu la sagesse de créer le TEDPB. » Il a expliqué que le TEDPB a signé des protocoles d’accord avec des institutions, notamment le ministère de l’Éducation, la MEF, le MITD, la SMEDA, pour la formation des personnes handicapées. « Tout cela s’inscrit dans le cadre de nos efforts pour redonner aux handicapés leur dignité et amener la société à changer le regard qu’elle porte sur eux », dit-il.
Pris par ses autres obligations professionnelles, le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree a fait lire son discours par un représentant de son ministère.