Les représentants des quatre fédérations handisportives formant le Mauritius Paralympics Committee (MPC) ont eu une première session de travail avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, plus précisément avec la sports officer Leena Doobaree, dans l’après-midi du 26 mai à Port-Louis. Selon le président de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF), Jean-Marie Malépa, une nouvelle réunion a été fixée, entre les membres de la MPC uniquement cette fois, pour ce mercredi au centre Lizié Dans La Main, à Curepipe. L’objectif étant de travailler sur les amendements à apporter aux règlements.
Jean-Marie Malépa a expliqué que la réunion du 26 mai s’est bien passée. « Au niveau de notre fédération, nous avons profité de cette réunion pour exprimer certains de nos griefs. Ce qui nous révolte le plus, c’est que certaines choses ont été faites sans que nous ne soyons consultés. Or, il avait été bien stipulé lors de la rencontre de mars avec l’Ombudsperson for Sports, Ramesh Sunt, que tout devait se faire entre les quatre fédérations handisportives. Malheureusement, tel n’a pas été le cas », a-t-il fait remarquer.
Selon le président de la MHPSF, Leena Doobaree a demandé, lors de la réunion du 26 mai, comment les représentants des fédérations comptaient faire remettre le MPC en marche. « À notre niveau, nous avons indiqué que nous sommes pleinement disposés à collaborer, afin de remettre le MPC sur de bons rails. Car comme nous l’avons toujours dit, il ne faut en aucun cas que l’athlète soit pénalisé. Toutefois, nous avons insisté pour que les règlements soient revus ensemble entre les quatre fédérations », a-t-il avancé.
Car selon Jean-Marie Malépa, les choses ne se sont pas passées comme il se doit lors des derniers mois. « Comme je l’ai expliqué à maintes reprises, nous avons démissionné du MPC en octobre dernier en tant que membre et pas en tant que fédération. Le MHPSF est toujours membre du MPC et cela malheureusement, certaines personnes ne l’avaient pas bien compris », a-t-il souligné. Il a ajouté qu’il y a eu consensus et que désormais toute démarche et autre décision se fera entre les représentants des quatre fédérations.
D’ailleurs, a précisé Jean-Marie Malépa, sa fédération a déjà reçu, en début de la semaine écoulée, une copie des règlements du MPC que ses membres et lui ont eu l’occasion de passer en revue avant de venir à la réunion de mercredi. « Le senior sports officer au MJS, Rajen Descann, est même intervenu, lors de la réunion du 26 mai, pour donner son avis sur une section de la Sports Act. Il a ainsi bien fait comprendre à tous ceux présents que pour que le MPC existe, il faut que les quatre fédérations soient toutes représentées. C’est ce que nous avons du reste toujours voulu faire comprendre. »
Le président de la MHPSF a, pour conclure, indiqué que l’important est de travailler d’abord sur les amendements à apporter aux règlements du MPC avant d’aller ensuite vers de nouvelles élections. « Nous avons précisé que tout devra se faire avant la tenue des Mondiaux de juillet prochain à Londres en Angleterre. Nous avons désormais des athlètes qui évoluent au niveau mondial comme des professionnels et il est donc très important que nos dirigeants agissent également en tant que tel. Il faut d’abord penser à l’athlète et à son intérêt », a-t-il précisé.