La président de la Physically Handicapped Persons Sports Federation (PHYSFED), Véronique Marisson, a représenté Maurice au tournoi international de Megafon Dream Cup, tenu au début du mois à St Petersburg, en Russie. Une compétition au cours de laquelle elle s’est imposée en finale de consolation face à la Russe Zanet Vasaraudze (148e mondiale) 6-2 et 6-0. Ce qui prouve, selon ses dires, que les Mauriciens ont les qualités nécessaires pour briller au plus haut niveau. A condition toutefois, a-t-elle ajouté, de bénéficier des facilités nécessaires. Car à ce jour, elle constate qu’il y a un manque de considération pour le tennis en fauteuil de la part du ministère de la Jeunesse et des Sports.
Selon Véronique Marisson, le tournoi de Russie était de très haut niveau avec la participation des joueurs classés professionnels. Elle a remporté deux des cinq rencontres qu’elle a disputées « Il y avait plusieurs pays et le tournoi a été très intéressant. Cela a été une belle expérience que de pouvoir prendre part à un tournoi de ce niveau. Je suis très satisfaite d’autant que j’ai pu battre une joueuse classée, alors que je ne suis même pas classée au niveau international », a-t-elle fait ressortir. Elle a tenu à remercier son entraîneur Maxwell Drack et le Russe Ivan Syrov. « Avant de partir en Russie, Maxwell m’a dit de me lâcher. Il m’a fait comprendre que je n’avais rien à perdre, mais beaucoup à gagner. C’est dans cet esprit que j’ai abordé ce tournoi et je trouve que cela a bien marché », a-t-elle fait remarquer.
Véronique Marisson trouve cependant dommage qu’aucun tennisman mauricien n’a pu faire le déplacement, car selon elle, un Mauricien aurait pu également bien faire. « Si nous voulons progresser, il est très important que nous puissions nous déplacer et disputer des compétitions internationales. Malheureusement, tel n’est pas le cas, puisque nous n’avons pas le soutien voulu », a-t-elle précisé. La présidente de la PHYSFED dit ne pas comprendre ce manque de considération, alors que la Fédération internationale de Tennis (FIT) fait elle son possible pour venir en aide à Maurice. D’ailleurs, a-t-elle expliqué, la fédération internationale a fait don récemment de dix fauteuils. « Il va sans dire que ces fauteuils vont nous aider à progresser davantage. »
Véronique Marisson aurait souhaité que le MJS en fasse autant. Plusieurs approches ont été faites, a-t-elle indiqué, mais sans succès. Elle dit avoir rencontré le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, l’année dernière en compagnie de l’Anglais Richard et expert de la FIT. « Nous avons expliqué au ministre que nos joueurs avaient les qualités pour briller que ce soit aux Jeux des Iles de l’océan Indien, aux Jeux Paralympiques et aux Championnats du monde », a-t-elle fait remarquer. Malheureusement, a-t-elle souligné, les choses sont restées telles qu’elles sont. Selon lui, il n’y a que l’athlétisme et la natation qui sont considérées par le MJS lors des Jeux Paralympiques et Championnats du monde.
Pourtant, a-t-elle ajouté, Brandy Perrine a les moyens de réprésenter le pays aux Jeux Paralympiques de 2016, à Rio au Brésil. Cette dernière n’est âgée que de 15 ans seulement et possède un énorme potentiel, a-t-elle précisé. « Brandy devait même participer au tournoi de Russie, mais n’a pu faire le déplacement en raison de ses examens de fin d’année.» Elle espère ainsi que plus de considération sera accordée aux handisportifs pratiquant le tennis. «Tout ce que nous souhaitons, c’est que le ministère voit le tennis en fauteuil autrement. Car à ce jour, nous n’avons pas le soutien voulu. Je n’ai d’ailleurs rien demandé au MJS pour ce déplacement, à l’exception d’un special leave. C’est Asso Villa Beach Tennis Club qui m’a aidée et je le remercie beaucoup », a-t-elle fait remarquer.
Par ailleurs, Véronique Marisson a expliqué que le tennis en fauteuil a beaucoup progressé avec l’aide des entraîneurs Maxwelle Drack et Ivan Syrov. Pour conclure, elle a ajouté que la PHYSFED a été invitée à faire une démonstration entre les deux finales du Anglo Mauritius, prévues pour le 8 novembre au Rose-Hill Club.